Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La rage de l'expression, Francis Ponge
Découvrez, sur SchoolMouv, des milliers de contenus pédagogiques, du CP à la Terminale, rédigés par des enseignants de l’Éducation nationale.
Les élèves de troisième, de première ou de terminale bénéficient, en plus, de contenus spécifiques pour réviser efficacement leur brevet des collèges, leur bac de français ou leur baccalauréat édition 2023.
Fiche de lecture

Contexte

Cette fiche de lecture fait partie du programme pour le bac de français 2024.

Cours sur La rage de l’expression en 1ere

La rage de l’expression est un recueil publié en 1952, donc relativement peu de temps après la Seconde Guerre mondiale. À ce moment-là, Francis Ponge est déjà un poète reconnu des milieux littéraires et du public grâce au Parti des choses en 1942 et à Proêmes en 1948. Il entre dans une nouvelle phase de son écriture, puisqu’il est décidé à montrer les coulisses de la création. La rage de l’expression se présente donc comme l’atelier du poète. Il s’agit d’un recueil de notes préparatoires, d’anecdotes, de brouillons, de correspondances ou de recherches étymologiques qui mettent en évidence la façon dont Ponge a travaillé pour écrire sept textes publiés entre 1938 et 1944. En parallèle, il devient professeur à l’Alliance française, et donne une série de conférences en Europe dans lesquelles il présente quelle est sa conception de la poésie. Ponge déploie donc des efforts inédits pour montrer au public que l’écriture poétique est davantage un travail acharné sur la langue qu’une question d’inspiration.

Francis Ponge

1952

La rage de l'expression

Genre

Poésie

Personnages

Le poète : Ponge essaie de montrer comment il travaille. Il choisit donc une parole descriptive qui dit les hésitations et les reprises qui conduisent à l’élaboration du texte et à la découverte du mot juste. Une parole en mouvement perpétuel, jamais définitive. Mais c’est bien sa méthode personnelle que propose Ponge, et celle de personne d’autre. Il ne prétend pas imposer sa façon de faire. Il tient plutôt un journal poétique qui rend compte de son exigence, de ses doutes, et de tout ce qui compte pour lui.

Les oiseaux : En divaguant sur le mot « oileau » ou « oiveau » qui, à ses yeux, correspondrait davantage pour désigner les oiseaux, Ponge indique à quel point ces animaux sont importants pour lui. La « guêpe » ou les très nombreuses « bêtes à plumes » dont il fait la liste dans « Notes prises pour un oiseau » sont des ressources inépuisables de rêveries et de travaux exploratoires sur le langage. Mais ce n’est pas tant ce à quoi il ressemble que leurs noms scientifiques qui attirent l’attention du poète.

La végétation : La faune et la flore sont les sujets principaux de la poésie de Ponge, mais dans La rage de l’expression c’est surtout la végétation qui est représentée. La première section décrit les bords de la Loire, la deuxième l’œillet, puis viennent le mimosa et le bois de pins.

Thèmes

La nature : Le projet poétique de Ponge est ambitieux : il veut donner la parole au monde muet. La nature tient une place privilégiée dans ce projet. L’enjeu est de montrer que le monde qui nous entoure n’est pas simplement un décor dans lequel nous évoluons ou un pourvoyeur de ressources. Il a son autonomie, ses facultés d’expression. Humblement, le poète doit tenter de rendre compte de ces propriétés, sans les juger, sans les prendre de haut, mais simplement en les observant et en les décrivant. Lire La rage de l’expression revient à découvrir des espèces rares, peut-être inconnues du lecteur comme « le choucas », ou à s’attarder longuement sur des détails de certaines espèces auxquels on ne prête pas attention (la constitution de l’œillet par exemple).

L’objet : Préférant le néologisme « objeu » au mot « objet », Ponge marque ainsi son rapport ludique à la langue. Pour lui, décrire un objet dans ses moindres détails, l’épuiser, est un véritable bonheur. Cela revient à découvrir qu’un objet particulier, le mot, a des ressources infinies pour décrire tous les autres objets que nous pouvons rencontrer. Ponge se met donc au service de l’objet et ne le soumet pas à son imagination. Quand il cherche à « épuiser » le bois de pins, ce n’est pas pour en donner une représentation abstraite, mais pour trouver un moyen de dire toute sa vérité.

L’expression : Comme le titre l’indique, La rage de l’expression est une réflexion profonde sur les pouvoirs de l’expression. Ponge cherche une coïncidence entre le mot et la chose à travers une multitude de procédés qu’il teste sous les yeux du lecteur. Si besoin, il n’hésite pas à inventer de nouveaux termes pour montrer comment l’agencement inédit de syllabes peut mieux rendre compte du réel. En creux se lit le pouvoir du langage sur les esprits : celui qui manipule bien la langue peut très vite influencer les esprits. Contre la langue de la propagande qui s’est répandue dans l’Europe en guerre, Ponge en appelle à un langage plus exact pour ne plus tromper ceux qui lisent ou entendent des discours.

L’atelier : Ponge est un ami des peintres. Qu’ils aient pour noms Picasso, Dubuffet ou Braque, il a toujours aimé s’entourer des artistes les plus talentueux de son époque. Il conçoit son travail comme le travail d’un peintre, et ce n’est pas pour rien qu’il emploie souvent le terme « atelier » pour décrire ses recueils. Ses notes (« Notes prises pour un oiseau ») ressemblent à des carnets de croquis tenus par un dessinateur. Quand l’un « dissocie la couleur, les lumières », l’autre « dissocie les qualités de l’objet ». Ainsi, Ponge dévalorise les mots « poète » et « poésie » auxquels il préfère les mots « peintre » et « peinture ».

L’engagement : Une lecture hâtive du recueil ne permet pas de percevoir la portée résolument politique de l’œuvre. Au sortir de la guerre, Ponge l’ancien communiste et résistant ne se désintéresse pourtant pas de la société dans laquelle il vit. De fait, La rage de l’expression n’est pas qu’un ensemble de notes sur la faune et la flore, c’est aussi un exemple de la façon dont l’homme peut se situer par rapport au monde. En effet, plus l’homme fera attention à son environnement, mieux il le respectera. Ponge considère que la relation poétique au monde, qui passe par sa connaissance intime, implique un grand respect de celui-ci. Plutôt que des discours creux sur la politique, Ponge propose un discours très concret sur les mots, les animaux et les plantes, qui nous ancre un peu mieux avec le réel et nous oblige à trouver des solutions pour le défendre.

Résumé

« Les berges de la Loire »

« Les berges de la Loire », première section du recueil, est importante parce qu’elle présente l’ambition poétique de Ponge, c’est-à-dire qu’il s’engage à ne jamais s’écarter de l’objet qu’il souhaite décrire dans son poème. C’est dans ce texte qu’il place l’objet au-dessus de tout, et qu’il met le langage à son service.

« La guêpe »

La deuxième section, « La guêpe », est éclatée en différents fragments qui ont tous un objectif différent. Par exemple, dans l’un d’eux Ponge va travailler longuement sur l’étymologie du mot « essaim ». Le lecteur est pris dans le tourbillon d’influences et d’idées qui travaillent l’expression de Ponge. Notamment, il mêle humour et description scientifique avec virtuosité.

« Notes prises pour un oiseau »

La troisième section, « Notes prises pour un oiseau », prend le contre-pied des deux précédentes, puisque Ponge renonce, pour un temps, à l’écriture en prose, pour s’essayer à l’écriture en vers. L’autre originalité tient au fait que Ponge ne part pas d’un élément naturel pour lancer sa réflexion, mais d’un tableau du peintre Ébiche. La graphie du mot oiseau influence aussi les différentes versions de son texte. C’est finalement une réflexion sur le lien entre l’homme et le monde qui clôt le passage.

« L’œillet »

Ponge s’interroge à nouveau sur sa démarche poétique dans la quatrième section, « L’œillet ». Il revendique une démarche scientifique dans laquelle les mots seraient les outils pour fouiller à l’intérieur des choses. D’ailleurs, c’est une section très structurée avec ce qui pourrait ressembler à une introduction, un développement et une conclusion.

« Le mimosa »

La cinquième partie, « Le mimosa », se concentre sur l’usage du dictionnaire et des nombreuses trouvailles qu’il recèle. Le poète reprend l’écriture en vers et multiplie les variantes de sa description du mimosa.

« Le carnet du bois de pins »

« Le carnet du bois de pins », avant-dernière section, est la plus longue du recueil. Elle est subdivisée en quatre sous-parties hétérogènes. Les descriptions du bois ne satisfont pas Ponge, qui déclare arriver à un « abcès ». Il se résout donc à recommencer sa description à partir des définitions préalablement explorées. Cette démarche le conduit à considérer la création poétique comme une « conquête ». Sa correspondance personnelle conclut la partie.

« La Mounine ou note après coup sur un ciel de Provence »

Dans la septième et dernière section, « La Mounine ou note après coup sur un ciel de Provence », le poète lève enfin les yeux et se plonge dans le bleu du ciel d’Aix-en-Provence au lieu de continuer à décrire la faune et la flore. Une telle contemplation le plonge dans une réflexion profonde sur ce qu’est l’expression. Un dernier poème et un appel au repos de l’esprit referment la section et le recueil tout entier.

Citation

« Que rien désormais ne me fasse revenir de ma détermination : ne sacrifier jamais l’objet de mon étude à la mise en valeur de quelque trouvaille verbale que j’aurai faite à son propos, ni à l’arrangement en poème de plusieurs de ces trouvailles. »

« Berges de la Loire »

« Le mot OISEAU : il contient toutes les voyelles. Très bien, j’approuve. Mais, à la place de l’s, comme seule consonne, j’aurais préféré l’L de l’aile : OILEAU, ou le V du bréchet, le V des ailes déployées, le V d’avis : OIVEAU. Le populaire dit zozio. L’s je vois bien qu’il ressemble au profil de l’oiseau au repos. Et oi et eau de chaque côté de l’s, ce sont les deux gras filets de viande qui entourent le bréchet. »

« Notes prises pour un oiseau »

« Les Vanités complémentaires (poésie)


À tue-tête à foison à décourage-plumes
Les poussins du mimosa
Sur la côte d’azur piaillent d’or

Variante


Floribonds, à tue-tête, à décourage-plumes
Entre deux blocs indéfinis d’azur
Pépiaillent d’or sans glorioleux poussins. »

« Le mimosa »

« Bien insister que tout le secret de la victoire est dans l’exactitude scrupuleuse de la description : “J’ai été impressionné par ceci et cela” : il ne faut pas en démordre, ni rien arranger, agir vraiment scientifiquement.
Il s’agit une fois de plus de cueillir (à l’arbre de science) le fruit défendu, n’en déplaise aux puissances d’ombre qui nous dominent, à M. Dieu en particulier.
Il s’agit de militer activement (modestement mais efficacement) pour les “lumières” et contre l’obscurantisme — cet obscurantisme qui risque à nouveau de nous submerger au XXe siècle du fait du retour à la barbarie voulu par la bourgeoisie comme le seul moyen de sauver ses privilèges. »

« La Mounine ou note après coup sur un ciel de Provence »