Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

On ne badine pas avec l’amour, Alfred de Musset
Fiche de lecture

Contexte

Lorsqu’il écrit On ne badine pas avec l’amour, Alfred de Musset est en pleine relation avec George Sand.

En mars, il est revenu d’Italie où il a laissé sa maîtresse. Les deux écrivains sont séparés depuis quelques semaines, mais tiennent une correspondance qui tend à prouver que leur amour n’est pas éteint.

Alfred de Musset écrit On ne badine pas avec l’amour au printemps 1834 et le publie le 1er juillet. George Sand revient en août, et leur relation passionnée et tumultueuse reprend.

Alfred de Musset

1834

On ne badine pas avec l’amour

Genre

Théâtre

Personnages

Perdican : Fils du baron, Perdican a 21 ans ; il vient d’être diplômé. Après plusieurs années de séparation, il retrouve sa cousine Camille dont il est amoureux.

Camille : Camille est la cousine de Perdican. Elle a reçu une éducation stricte dans un couvent et elle souhaite jurer fidélité à Dieu.

Rosette : Rosette est la sœur de lait de Camille. Enfant, elle jouait avec les deux cousins. À présent, ce sont les deux cousins qui se jouent d’elle ; elle est la victime de l’amour de Perdican et Camille. Rosette est le personnage sacrifié.

Le baron : Le baron est le père de Perdican. Il veut que les choses se passent à sa façon, mais son autorité n’est pas réellement assise.

Maître Blazius : Maître Blazius est le gouverneur de Perdican.

Maître Bridaine : Maître Bridaine est le curé.

Dame Pluche : Dame Pluche est la gouvernante de Camille

Le chœur : Dans la tradition du théâtre antique, le chœur a pour fonction de révéler la signification profonde des évènements. Ici, le chœur des paysans commente les faits et gestes des personnages.

Thèmes

L’amour et les femmes : Le thème principal est bien entendu l’amour. Camille se révolte contre l’inégalité des hommes et des femmes dans les relations amoureuses. Le personnage semble peindre les hommes comme des vagabonds et des libertins infidèles. C’est un véritable plaidoyer féministe.

La souffrance : Perdican, quant à lui, résume pleinement une thématique centrale chez Musset : la véritable vie est dans la souffrance d’aimer, on ne vit pleinement que par l’amour. Si la fragilité de l’amour est indissociable à la condition des Hommes, l’amour est la seule raison de vivre.

Résumé

Acte I

Scène 1

Devant le château. On fait la connaissance de Maître Blazius, présenté par le chœur, et de Perdican (jeune bachelier), présenté par Maître Blazius. Le chœur présente ensuite dame Pluche, gouvernante de Camille, et dame Pluche présente Camille qui vient de quitter le couvent.

Scène 2

Dans le salon du baron. Le baron présente Maître Bridaine à Maître Blazius. Bridaine accuse Blazius de sentir l’alcool mais le baron ne veut pas le croire. Le baron présente dame Pluche à Bridaine et explique que Camille, sa nièce, sort tout juste du couvent. Dame Pluche étant parti, le baron et Bridaine se retrouvent seuls. Ce dernier accuse encore Blazius de sentir le vin, mais le baron ne veut pas l’entendre et lui explique qu’il a pour but de marier son fils Perdican et Camille. Ces deux derniers arrivent : Perdican complimente sa cousine qui se montre froide et distante.

Scène 3

Devant le château. Perdican propose une balade à Camille qui refuse.

Scène 4

Sur une place. Perdican retrouve le chœur avec qui il se souvient des moments passés de l’enfance. Le jeune garçon rencontre aussi Rosette, la sœur de lait de Camille.

Scène 5

Dans une salle. Maître Blazius rapporte au Baron que Maître Bridaine sent le vin. Le baron sent que Blazius, lui même, a une odeur d’alcool. Bridaine entre en marchant de travers et apprend au baron que Perdican joue avec des cailloux sur la place. Le baron, à la fenêtre, voit son fils au bras de Rosette, une paysanne.

Acte II

Scène 1

Dans un jardin. Blazius dit à Perdican que son père se désespère de voir que lui et Camille ne s’entendent pas. Perdican ne souhaite pourtant qu’une chose : épouser sa cousine. Blazius se retire, Camille entre. Les deux jeunes gens discutent. Camille lui explique que souhaitant devenir religieuse, elle ne veut pas se marier et qu’elle s’en va dès le lendemain. Camille demande ensuite à Dame Pluche de porter un mot à Perdican.

Scène 2

Dans la salle à manger. Bridaine constate que Blazius occupe maintenant la meilleure place à table, celle qu’il occupait avant… Jaloux, il préfère quitter le lieu.

Scène 3

Dans un champ devant une petite maison. Perdican raconte à Rosette qu’il est triste de la distance de Camille, mais il flirte aussi avec la paysanne.

Scène 4

Au château. Blazius apprend au Baron qu’il a vu Camille demander à dame Pluche de remettre une lettre d’amour à ce que Blazius pense être un paysan.

Scène 5

Près d’une fontaine dans un bois. Perdican rejoint sa cousine à la fontaine. Ils échangent sur l’amour. La jeune fille souhaite épouser le Christ. Elle refuse le mariage par crainte de ne pas être éternellement aimée par son mari. Elle reproche à Perdican d’avoir eu de nombreuses maîtresses. Elle demande à son cousin si elle a raison ou non de se faire religieuse. Perdican ne lui donne pas de réponse claire. Cette scène est un véritable débat sur l’amour (amour humain / amour divin) et se termine par une réplique célèbre de Perdican.

Acte III

Scène 1

Devant le château. Le Baron renvoie Maître Blazius pour le vol d’une bouteille et pour avoir accusé Camille de tenir une correspondance secrète. Perdican, quant à lui, se pose des questions sur l’amour qu’il ressent pour Camille.

Scène 2

Dans un chemin. Blazius demande à Bridaine de l’aider à retrouver sa place auprès du Baron, mais l’homme refuse. Perdican lit la lettre de Camille qui est destiné à une camarade de couvent. Il décide alors de faire la cour à Rosette devant Camille.

Scène 3

Dans un petit bois. Par le biais d’une lettre, Perdican donne rendez-vous à Camille à la petite fontaine. En arrivant sur les lieux, elle entend son cousin faire la cour à Rosette.

Scène 4

Camille annonce à dame Pluche qu’elle ne partira pas ce jour-là.

Scène 5

Le Baron apprend par Maitre Bridaine que Perdican fait la cour à Rosette.

Scène 6

Dans la chambre de Camille. La jeune fille dit à Rosette de se cacher derrière le rideau, puis elle fait venir Perdican. Ce dernier lui avoue qu’il n’est pas amoureux de Rosette mais bien d’elle. La paysanne s’évanouit. Camille lui dit qu’elle ne l’aime pas, Perdican assure qu’il épousera Rosette.

Scène 7

Camille demande au baron de faire entendre raison à Perdican qui veut se marier avec Rosette. Le baron préfère s’enfermer. Camille et Perdican engagent une discussion sur ce mariage. Rosette entre et redonne à Perdican son collier : elle ne veut pas se marier car on se moque d’elle au village. Camille assure qu’elle lui trouvera un mari. Perdican, quant à lui, préfère persister dans son désir d’épouser Rosette. Il part. Camille se sent mal et le fait rappeler.

Scène 8

Camille et Perdican finissent par s’avouer leur amour. Rosette, cachée, a tout entendu. Elle se suicide. Camille choisit de retourner au couvent suite à cela.

Citation

« Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux ou lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompés en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui ».

« Je veux aimer, mais je ne veux pas souffrir ; je veux aimer d'un amour éternel, et faire des serments qui ne se violent pas ».

« Trop de pudeur est sans doute un défaut ; mais le mariage lève bien des scrupules ».

« Un compliment vaut un baiser ».