Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La dystopie

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

  • La dystopie, ou contre-utopie, est le contraire de l’utopie. Elles ont en commun la volonté de révéler les défauts de la société.
  • La dystopie présente une vision cauchemardesque du monde afin de montrer dans quel chaos nous pourrions être plongés.

1984 de George Orwell

  • Le roman 1984 de George Orwell (1949) est une satire de la société contemporaine. L’auteur y expose sa vision d’une société futuriste qui pourrait devenir réalité.
  • On y voit Big Brother, chef de l’État d’Océania. À mi-chemin entre Hitler et Staline, il est omniprésent et met en place un culte de la personnalité afin d’assurer sa propagande.
  • L’ambiance du roman est perceptible dès l’ncipit. La société décrite dans 1984 est tyrannique. Orwell y expose les dérives de la surveillance des citoyens par l’État mais aussi la privation de libertés.

Le Meilleur des mondes et Bienvenue à Gattaca

  • Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley et Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol montrent un autre aspect de la dystopie. Ils y exposent les dérives de la science.
  • Dans le roman d’anticipation Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, l’auteur propose une vision d’un monde futuriste où la science règne sur la société. Il veut mettre en évidence le règne de la science.
  • La vision critique de Huxley commence dès l’incipit. Il propose au lecteur une ambiance froide et macabre comme cadre du récit puisqu’il ne s’apprête pas à dépeindre un cadre de vie idyllique.
  • Il souhaite mettre en garde. La société décrite ici est ce qui attend la société actuelle si elle persiste dans ses désirs de tout maîtriser et ses exigences de perfection.
  • L’intrigue de Bienvenue à Gattaca rappelle celle du Meilleur des mondes. Elle se déroule dans un monde futuriste où les enfants sont sélectionnés avant leur naissance.
  • La dystopie dévoile le résultat des dérives du monde actuel. Elle permet donc à la fois de critiquer les travers d’une époque, mais aussi de mettre en garde les contemporains.