Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La technique

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Problématiques

  • Quelles place les avancées techniques occupent-elles dans notre société ?
  • Faut-il voir la technique uniquement d’un point de vue utile ?
  • Quels dangers la technique apporte-t-elle ?

Définitions à connaître : art, beauté, technique.

  • La technique selon Bergson

Dans L’Évolution créatrice, Henri Bergson qualifie l’être humain moderne d’« Homo Faber » :

« Si, pour définir notre espèce nous nous tenions strictement à ce que l’histoire et la préhistoire nous présentent comme caractéristiques constantes de l’Homme et de l’intelligence, nous ne dirions peut-être pas Homo Sapiens, mais Homo Faber. »

Henri Bergson, L’Évolution créatrice, 1907

La nature humaine est définie par la capacité de fabriquer. Pour Bergson, un individu n’est pas seulement un animal raisonnable (Homo Sapiens), il est aussi un animal qui fabrique, qui transforme le monde, un technicien (Homo Faber). L’intelligence de l’être humain lui sert à créer des outils afin d’améliorer son confort et ses capacités.

  • La technique étend nos capacités.
  • La technique selon Descartes

Dans le Discours de la méthode, Descartes explique que lorsque la technique devient technologie, elle permet de « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la Nature ».

La compréhension rationnelle des lois de la nature permet d’exploiter ses forces. Cependant remarquez que Descartes dit bien qu’il faut « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la Nature », ce qui signifie donc que nous ne le seront jamais vraiment. La Nature a ses règles qu’on ne peut changer, inutile donc de désirer l’impossible.

  • La compréhension rationnelle des lois de la nature permet d’exploiter ses forces.
  • Le Principe responsabilité de Hans Jonas

La technique, si elle est mal maitrisée, peut mener à des catastrophes et avoir des effets négatifs durables (sur les populations et l’environnement). Les dangers de la technique sont aujourd’hui si démesurés qu’ils ont mené Hans Jonas, philosophe du XXe siècle, à développer une éthique de la technique. Dans son livre intitulé Le principe responsabilité, il développe une éthique du futur dans laquelle les générations présentes sont responsables des générations futures.

  • Il s’agit donc de suivre ce qu’on appelle aujourd’hui un « principe de précaution » qui vise à éviter les catastrophes liées à notre puissance technique et qui peuvent mettre en péril le bien-être de futures générations.
  • La technique selon Simondon

Pour Gilbert Simondon, la technique n’est réellement maîtrisée que par un petit nombre d’êtres humains.

« L’Homme connaît ce qui entre dans la machine et ce qui en sort, mais non ce qui s’y fait […] Les objets techniques qui produisent le plus d’aliénation sont aussi ceux qui sont destinées à des utilisateurs ignorants. »

Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, 1958

Généralement focalisés sur l’objet technique lui-même, nous ne voyons ni son fonctionnement interne, ni les conditions de sa fabrication. Nous avons pris l’habitude de vivre entourés d’objets techniques. La question de notre dépendance vis-à-vis de la technique se pose alors, notamment dans la société de consommation.

bannière à retenir

À retenir

  • Selon Rousseau ce qui caractérise un individu est sa recherche de perfectibilité. Il est et sera toujours imparfait, mais cherchera toujours à se rapprocher de la perfection, notamment grâce à la technique.
  • L’outil est chez l’être humain le résultat d’une réflexion, d’un travail méthodique et d’une coopération sociale entre les individus, afin de transmettre les savoirs acquis et de les perfectionner.
  • L’être humain cherche à laisser son empreinte dans le monde. Le progrès technique semble ainsi être inévitable dans le développement de l’être humain.
  • Le progrès technique permet de combler des lacunes naturelles et donne accès à de nouvelles compétences.
  • La technologie est indispensable à notre progression au quotidien, mais remet sans cesse en question les valeurs que nous pensions acquises.