Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La France et la construction de nouveaux États par la guerre et la diplomatie

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Ce cours est en cours de création par nos équipes et il sera prêt pour la rentrée 2019 💪

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Introduction :

Le Second Empire désigne la période durant laquelle la France fut dirigée par Napoléon III. Il s’étend de 1852 à 1870, et voit la France participer à la construction de nouveaux États européens. En effet, Napoléon III reprend à son compte une politique étrangère, la politique des nationalités, initiée par son oncle Napoléon Ier. Ce dernier avait pris le titre de roi d’Italie en 1802 alors que la Révolution française avait proclamé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

C’est à partir de cette politique des nationalités que nous étudierons le rôle du Second Empire dans la construction des unités italienne et allemande.

Pour cela, nous verrons dans un premier temps le déroulement de l’unification italienne, en abordant la politique des nationalités de Napoléon, la diplomatie française et la guerre d’Italie. Dans un second temps, nous nous intéresserons aux débuts de l’unité allemande, à la guerre franco-prussienne et à ses conséquences directes.

La France et l’unité italienne

La politique des nationalités de Napoléon III

  • L’origine de la politique des nationalités 
bannière definition

Définition

Politique des nationalités :

Expression employée pour caractériser l’action diplomatique de la France en Europe sous Napoléon III. La politique des nationalités encourage partiellement les mouvements unitaires nationaux, tant que ceux-ci ne portent pas préjudice à la France.

L’objectif de cette politique est de réformer l’Europe afin de lui épargner de nouvelles révolutions, mais aussi de mettre en place un nouvel ordre européen au profit de la France, en remplaçant l’ordre monarchique issu du Congrès de Vienne.

  • Les nuances de la politique des nationalités

Il ne s’agit pas de systématiser le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, mais plutôt de favoriser des regroupements sur le modèle de la Confédération germanique, pour ne pas recréer de nouveaux États trop puissants aux portes de la France. C’est le cas de l’Italie.

bannière definition

Définition

Confédération germanique :

Union politique qui regroupa les États allemands au sein d’une confédération entre 1815 et 1866. La confédération était placée sous la présidence honorifique de l’Autriche.

En 1849, la France avait envoyé le général Nicolas Oudinot à Rome pour aider le pape Pie IX, chassé de son siège et de ses États par la révolution italienne. Dans l’esprit des Français, l’unité italienne ne pouvait pas se faire sans le pape.
Napoléon III, qui avait sans doute été, dans sa jeunesse, membre des Carbonari, est favorable au mouvement qui souhaite l’unité de l’Italie, mais il veut que le Pape et ses États restent indépendants.

  • Cette volonté se justifie par le fait que l’opinion française est sensible au respect de la papauté, mais aussi par le fait qu’une Italie complétement unifiée pourrait constituer un danger pour la France.
bannière definition

Définition

Carbonari :

Société secrète, d’inspiration libérale, qui a contribué aux débuts du Risorgimento (période d’unification italienne) et a œuvré en faveur de l’unité italienne.

La diplomatie française dans la perspective de l’unité italienne

  • La diplomatie française et l’Italie jusqu’en 1858

Malgré l’échec du mouvement unitaire italien en 1849, le royaume de Piémont-Sardaigne cherche toujours à unifier le nord de la péninsule. Lors de la Conférence de Paris en janvier 1855, le royaume se rapproche de la France et expose ses ambitions.

bannière definition

Définition

Conférence de Paris (1856) :

Congrès réuni à l’issue de la guerre de Crimée qui a permis à Napoléon III d’apparaître comme l’arbitre de l’Europe.

L’attentat du 14 janvier 1858 de Felice Orsini (l’un des fondateurs de la république romaine de 1849) contre Napoléon III semble cependant porter un coup à cette alliance franco-piémontaise.
Mais c’est sans compter sur la lettre d’Orsini à Napoléon III, la veille de son exécution, qui retourne la situation. Orsini y déclare : « Délivrez l’Italie et les bénédictions de 25 millions d’Italiens vous accompagneront. »
Cette lettre est rendue publique dans Le Moniteur (journal diffusant l’actualité juridique et les principales informations du régime durant le Second Empire) et Napoléon III se rallie à la cause unitaire italienne.

bannière definition

Définition

République romaine de 1849 :

République fondée à Rome par Giuseppe Mazzini le 9 février 1849, en proclamant la déchéance du pouvoir du pape sur ses territoires. Le pape demande alors l’aide française qu’il obtient. Après le siège de Rome par les troupes du général Nicolas Oudinot, le pape est restauré dans ses États.

  • La diplomatie secrète du comte de Cavour et de Napoléon III

Le comte de Cavour, premier ministre du royaume de Piémont-Sardaigne, rencontre alors secrètement Napoléon III à Plombières-Les-Bains (dans les Vosges) le 21 juillet 1858.
La décision d’une alliance militaire contre l’Empire autrichien est actée. Elle doit permettre au royaume de Piémont-Sardaigne de chasser les Autrichiens du nord de l’Italie afin de réaliser l’unité. En échange, la France doit recevoir les comtés de Savoie et de Nice.

La guerre d’Italie et les débuts de l’unité italienne

  • La guerre d’Italie (1859)

Face à la mobilisation de l’armée piémontaise, l’Autriche lui déclare la guerre le 27 avril 1859. L’armée française rejoint alors les Piémontais et remporte deux batailles, à Magenta (le 4 juin) et Solferino (le 24 juin).
L’Autriche décide alors de négocier avec la France un armistice signé à Villafranca. L’Autriche évacue la Lombardie qui revient aux Piémontais, mais elle conserve la Vénétie.

  • Les débuts de l’unité italienne sans la France

Le mouvement unitaire, encouragé par Cavour, gagne les principautés italiennes du nord. Celles-ci réclament leur rattachement au royaume de Piémont-Sardaigne, tandis que Giuseppe Garibaldi lance une expédition dans le royaume des Deux-Siciles.

bannière à retenir

À retenir

L’unité italienne est donc en partie réalisée le 17 mars 1861 lorsque le royaume d’Italie est proclamé.

Comme prévu, la France récupère le comté de Nice et la Savoie, après approbation par la population au travers de deux plébiscites, acceptés à plus de 99 %. La France s’agrandit de trois départements et gagne 669 000 habitants.
Cependant, l’opinion publique allemande s’élève contre la France et ses ingérences.

bannière definition

Définition

Plébiscite :

Consultation du peuple appelé à se prononcer sur une question par « oui » ou par « non ». On distingue le plébiscite du référendum : le premier est utilisé comme outil de légitimation dans le cadre d’un régime autoritaire, tandis que le second est organisé dans le cadre d’une démocratie.

Repère 1 La naissance du royaume d’Italie

La France et l’unité allemande

Les débuts de l’unité allemande

  • Les projets d’unité en Allemagne avant 1862

Les États allemands forment depuis 1815 une Confédération germanique au sein de laquelle la Prusse et l’Autriche dominent. Une union douanière existe également (Zollverein) entre la plupart des États allemands.

Lors de la guerre d’Italie (en 1859), l’opinion publique allemande est une première fois montée contre la France, et la Prusse commence à mobiliser son armée face aux ambitions françaises en Europe.
En septembre 1862, Otto von Bismarck devient ministre-président de la Prusse. Il a pour projet de réaliser l’unité allemande « par le fer et par le sang », contre l’Autriche dans un premier temps.

  • La politique de conquête de Bismarck
  • Pour cela, Guillaume Ier, roi de Prusse, aide la Russie à écraser un soulèvement polonais en 1863, tandis que la France, amie de la Pologne, n’intervient pas.
  • En 1864, c’est l’affaire des duchés danois qui donne l’occasion à la Prusse de s’emparer du duché du Schleswig (ancienne région entre l’Allemagne et le Danemark). La France reste neutre, escomptant ensuite récupérer le duché du Luxembourg.
  • En 1866, la guerre éclate entre la Prusse et l’Autriche. Cette dernière est défaite lors de la bataille de Sadowa (3 juillet 1866). La France reste encore neutre et Napoléon III accepte également le projet de Bismarck de création d’une petite Allemagne.
bannière definition

Définition

Petite Allemagne :

Période de l’unité allemande durant laquelle l’unité est incomplète et ne comprend que la Prusse et les petits États du nord de l’Allemagne.

La diplomatie et la marche à la guerre

  • Les préparatifs de guerre

En 1867, la Prusse refuse la demande française au sujet du Luxembourg, au nom de la « terre allemande » (expression employée par Bismarck pour désigner des territoires qui se rattachent selon lui à la nation allemande). C’est aussi au nom de cette conception de la nation que Bismarck cherche à terminer l’unité de l’Allemagne. Il lui faut pour cela réunir les États allemands du sud, dans une guerre commune contre la France.
Dans ce contexte, la guerre se prépare. La France modernise son armée et en augmente les effectifs. Cependant, l’opinion publique française ne suit pas. Sur la scène européenne, la France est isolée.

  • Le prétexte au déclenchement de la guerre

La guerre éclate à la suite de l’affaire de la succession au trône du roi d’Espagne (1868). La Prusse et la France présentent deux candidats.
La candidature prussienne doit être retirée, mais Napoléon III demande des garanties. Bismarck décide de publier la demande française dans les journaux en la modifiant, excitant ainsi le sentiment anti-français, et ralliant les États du sud de l’Allemagne à la Prusse.

  • Ulcéré, Napoléon III veut alors corriger militairement la Prusse. Le Corps législatif hésite, puis donne son accord à la guerre. La majeure partie de la population française réagit favorablement à cette entrée en guerre ; des scènes de liesse éclatent dans Paris à cette annonce.
bannière definition

Définition

Corps législatif :

Assemblée votant les lois sous le Second Empire, mais ne pouvant pas les proposer.

La guerre franco-prussienne et ses conséquences directes

  • La guerre et la défaite du Second Empire

La guerre débute le 2 août 1870 et plus de 600 000 soldats sont mobilisés. Napoléon III prend personnellement la tête de l’armée, laissant la régence (le pouvoir) à l’impératrice Eugénie. La France gagne quelques batailles (comme Sarrebruck le 2 août), mais rapidement l’armée du Rhin est encerclée à Metz.
Le 2 septembre, Napoléon III est assiégé dans la forteresse de Sedan et décide de capituler. Le choc de la défaite entraîne le 4 septembre la création d’un gouvernement de défense nationale acclamé à l’hôtel de ville de Paris. Ce gouvernement est chargé de proclamer la République et de poursuivre la guerre à outrance (guerre réalisée avec la totalité des moyens disponibles et sans concessions).
Rapidement, 34 départements français sont occupés et Paris assiégé.

  • Léon Gambetta, nouveau membre du gouvernement avec Jules Favre, doit fuir la ville, tandis qu’Adolphe Thiers cherche en vain le soutien de la Russie.
  • La fin de la guerre et l’unité allemande

La guerre se poursuit, et des volontaires italiens se joignent aux Français, à l’image de Giuseppe Garibaldi.
Malgré ces efforts, le nouveau gouvernement doit signer l’armistice le 23 janvier 1871, tandis que Guillaume Ier est proclamé Empereur d’Allemagne dans la galerie des Glaces du château de Versailles, le 18 janvier 1871.
Le traité de paix est signé ensuite à Francfort le 10 mai 1871, après que les élections législatives ont eu lieu en février 1871 en France, amenant un gouvernement légal et légitime.

bannière à retenir

À retenir

Le traité de Francfort consacre la perte de l’Alsace et de la Moselle pour la France au profit du nouvel Empire allemand.

Repère 2 La réalisation de l’unité allemande

Conclusion :

Avec la politique des nationalités, Napoléon III souhaite favoriser l’unification nationale tant que celle-ci ne se fait pas aux dépens de la France. Ainsi, le Second Empire participe à construire certaines nations. Auparavant divisée en plusieurs États, le royaume d’Italie est proclamé le 17 mars 1861. L’unification est rendue possible par le soutien de Napoléon III, qui signe une alliance militaire avec le royaume de Piémont-Sardaigne. L’Autriche est défaite et la France récupère trois départements. Par ailleurs, à la fin de la guerre franco-prussienne, Guillaume Ier est proclamé Empereur : l’Allemagne est unifiée.