Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.

Le temps

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Problématiques

  • Comment comprendre et définir le temps ?
  • Est-il possible d’appréhender le temps par la pensée ?
  • Doit-on penser le temps de façon absolue ou dans sa relation aux êtres qui lui sont soumis ?

Définitions à connaître : temps, relativité, subjectivité.

  • Les propriétés du temps
  • Le temps est irréversible : son mouvement se fait dans un seul sens et de façon uniforme, de ce que nous appelons le passé vers ce que nous nommons le futur. Il n’y a qu’une direction possible, on ne peut revenir en arrière.
  • Le temps est sécable et mesurable : on peut délimiter l’étendue indéfinie du temps en portions régulières (années, mois, jours, heures, etc.). Pourtant, on ne sait pas borner le temps : y a-t-il un début et une fin au temps ?
  • Le temps est continu : le temps ne cesse jamais, il est toujours en train de s’écouler. Comment analyser une chose qui est constamment présente et dont on ne peut se représenter l’absence ?
  • Théorie de la relativité d’Einstein

L’approche d’Einstein et sa découverte de la théorie de la relativité, en 1905, représentent une révolution dans notre connaissance du temps. Alors que Newton pose le temps et l’espace comme des absolus, Einstein montre que le temps (comme l’espace) est relatif à la position de l’observateur.

  • Le temps n’est donc plus un repère universel et constant mais une notion relative.

En effet, Einstein découvre que le temps s’écoule différemment selon la vitesse de l’observateur. Le temps s’écoule plus lentement lorsque la vitesse est grande, et inversement. On ne pense plus le temps seul, mais l’espace-temps.

  • Saint Augustin définit le temps

Saint Augustin, lorsqu’il s’interroge sur le temps, part d’un constat : nous savons ce qu’est le temps mais nous sommes incapables de le définir (Les Confessions, livre XI, entre 397 et 401).

Ce que nous pouvons penser et exprimer, par contre, c’est le passage du temps, c’est-à-dire la succession de trois temporalités : le passé, le présent et l’avenir. C’est en réalité la seule perception que nous pouvons formuler.

Saint Augustin définit alors le temps par sa nature subjective, c’est-à-dire par l’appréhension qu’on en a.

  • Le passé existe dans notre mémoire, comme rétention du temps.
  • Le futur existe par l’attente que nous en avons, sous la forme d’une anticipation.
  • Le présent existe par notre attention.
  • Kant et la subjectivité objective du temps

Pour Kant, le temps se situe donc dans notre esprit : il est donc subjectif. Mais cela ne signifie pas qu’il n’a aucune valeur objective.
En effet, le temps a pour nous un caractère de nécessité : nous ne pouvons pas ne pas éprouver le temps étant donné qu’il s’impose à nous. C’est une forme connue de tout être humain, qui permet à tous une expérience commune du réel : il est donc également objectif, puisque le temps n’est pas une illusion individuelle, mais constitue la réalité pour nous.

  • Bergson et les mesures du temps

Bergson propose de distinguer deux mesures du temps : celle de la technique et celle de la conscience.

  • Le temps de la technique est celui de la montre, des instruments scientifiques, il vise l’universalité et la constance, il est commun à tous. Cette mesure du temps est tournée vers les fonctions utilitaires de la vie, par exemple le travail.
  • Le temps de la conscience est, au contraire, un temps subjectif, qui dépend des souvenirs, des attentes, de l’état psychologique et physique de la personne. C’est donc un temps individuel et variable, qui ne peut pas nécessairement être partagé.
  • Bergson et le concept de durée

Bergson propose le concept de durée qu’il explique ainsi : « ce que l’on a toujours appelé le temps, mais le temps perçu comme indivisible ». Si le temps implique bien la succession, Bergson s’oppose à la distinction « d’un “avant” et d’un “après” juxtaposés ». Pour lui, la durée est vécue comme une totalité, un ensemble, et ne peut être divisée.

bannière à retenir

À retenir

  • Il n’y a pas de sens à définir le temps comme une suite continue d’instants. Il faudrait encore pour cela être capable de délimiter un instant, ce qui nécessiterait de pouvoir déjà se servir de la notion de temps.
  • L’instant fugace et peu utilisable par notre conscience se distingue du présent, temporalité plus ou moins étirée, dont saint Augustin dit qu’elle est celle de notre attention.
  • Dans le présent, je peux être attentif à la durée continue, éprouver l’épaisseur d’un temps subjectif. Ce constat attentif est déjà une manière de penser le temps, c’est-à-dire de m’y rapporter par la pensée.