Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Corrigé sujet zéro - Question problématisée histoire - Production graphique géographie
Fiche annale

Épreuve de contrôle continu d’histoire-géographie. Première, voie générale.

Première Partie – réponse à une question problématisée (10 points)

Comment la souveraineté nationale s’est-elle affirmée en France de 1789 à 1792 ? Vous pourrez réfléchir aux évolutions du régime politique français, à la question de la citoyenneté, ainsi qu’aux temps forts marquant l’affirmation de cette souveraineté.

Remarques sur le sujet

Pour réussir la question problématisée, il faut :

  • Bien analyser les éléments du sujet en repérant les mots clés
  • Comment : cela signifie qu’on s’interroge sur la manière, sur le ou les moyens (on peut le remplacer par : de quelle manière, par quel(s) moyen(s) quelque chose s’est produit, etc.).
  • Souveraineté nationale : lorsque la nation (un ensemble d’individus qui se reconnaissent un destin commun et partagent une culture commune) est à l’origine des pouvoirs politiques.
  • S’affirmer : se manifester de façon claire, évidente.
  • En France : c’est le cadre spatial (délimitation spatial du sujet). Cela a lieu en France.
  • De 1789 à 1792 : c’est le cadre temporel (délimitation dans le temps).
  • Mobiliser les connaissances : Identifiez à quel thème, à quel chapitre le sujet se rattache

Ici, il s’agit du thème 1 (l’Europe face aux révolutions), du chapitre 1 (la Révolution française : une nouvelle conception de la nation)

Introduction

L’introduction doit comprendre 4 parties :

  • L’accroche ou l’amorce : il s’agit d’amener le sujet. En général, s’appuyer sur le thème ou le chapitre qui porte sur le sujet. Ici : l’Europe des révolutions, la Révolution française.
  • La définition du ou des principaux termes du sujet : ici il s’agit de la souveraineté nationale.
  • Rappeler le sujet : Reprendre ou reformuler le sujet sous forme de problématique. Nous avons choisi de reprendre le sujet qui est déjà sous forme de problématique : comment cette souveraineté nationale s’est-elle affirmée en France de 1789 à 1792 ?
  • Annoncer le plan (les points autour desquels s’organise l’argumentation) : le plan est donné dans le sujet. Il s’articule en trois parties : les évolutions du régime politique français ; la question de la citoyenneté et les temps forts marquant l’affirmation de cette souveraineté.

Le développement

Le plan suggéré qui s’articule en trois parties est thématique.

  • Partie 1 - Les évolutions du régime politique français entre de 1789 à 1792.
  • Partie 2 - Les Français ne sont plus des sujets mais des citoyens.
  • Partie 3 - Les temps forts de cette affirmation de la souveraineté.
bannière attention

Attention

Les titres des différentes parties vous permettent d’organiser votre réponse au brouillon. Ils ne doivent pas apparaître dans votre devoir. Par contre, le lecteur doit pouvoir se rendre compte facilement de l’organisation de votre développement grâce aux paragraphes, aux mots-clé, et aux phrases de transition et d’accroche.

I - Les évolutions du régime politique français entre de 1789 à 1792

  • La monarchie absolue
  • La monarchie constitutionnelle
  • La République

II - Les Français ne sont plus des sujets mais des citoyens

  • La souveraineté de droit divin
  • La souveraineté nationale
  • Les limites à la souveraineté nationale

III - Les temps forts de cette affirmation de la souveraineté
Le choix fait n’est pas exhaustif. D’autres moments forts peuvent être soulignés. Notre choix porte sur :

  • l’acte fondateur de la souveraineté nationale (le serment du Jeu de paume) ;
  • la fête de la fédération du 14 juillet 1790 qui semble montrer la fraternité entre les Français et leur roi (fin de la Révolution ?) ;
  • la fin de la monarchie en 1792 avec la prise des Tuileries.

Conclusion

La conclusion doit comprendre trois parties :

  • Reprendre le sujet : il s’agit de reprendre le sujet sous forme affirmative (pour montrer qu’on a bien traité le sujet). Ici, commencer par la Révolution française a donné lieu à l’affirmation de la souveraineté nationale.
  • Répondre à la problématique : il s’agit de résumer en 2 ou 3 lignes les éléments clés évoqués dans le devoir. Ici, on rappelle le passage de la souveraineté de droit divin à la souveraineté nationale et les temps forts.
  • Faire une ouverture : du sujet : on a choisi une ouverture chronologique, c’est-à-dire une ouverture sur un événement qui s’est déroulé juste après le sujet : la Terreur.

Proposition de réponse

Dès 1789, la France connaît une période historique mouvementée qui transforme la société française, et impacte les sociétés européennes. Les Français sont passés de sujets du roi à citoyens de la République. Ce bouleversement traduit l’évolution de la souveraineté nationale, qui signifie que la nation (un ensemble d’individus qui se reconnaissent un destin commun et partagent une culture commune) est à l’origine des pouvoirs politiques. Comment cette souveraineté nationale s’est-elle affirmée en France de 1789 à 1792 ? Nous montrerons tout d’abord que le régime politique évolue au cours de cette période, puis nous verrons que ces évolutions ont une incidence sur la citoyenneté. Enfin, nous nous pencherons sur certains moments forts qui marquent l’affirmation de cette souveraineté.

La dynamique révolutionnaire commencée en 1789 a d’abord mis fin à la monarchie absolue (1789). Cette dernière est ensuite remplacée par une monarchie constitutionnelle (1791). Enfin la monarchie est abolie au profit d’une République (1792).

Jusqu’en 1789, la France est sous le régime de la monarchie absolue. Dans cet ancien régime, le roi (Louis XVI) détient les trois pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire). La société est divisée en trois ordres (le clergé, la noblesse et le Tiers-état). Cette société est fragilisée par les transformations sociales et économiques qui favorisent l’affirmation de la bourgeoisie. La France est ainsi confrontée à ces difficultés, auxquelles s’ajoutent une grave crise économique liée à la dette publique. Pour y faire face, Louis XVI décide de convoquer les états généraux (Assemblée de trois ordres) le 5 mai 1789. Cette réunion est un échec. Les députés du tiers-état (majoritaires en termes de vote par tête) se proclament assemblée nationale et s’engagent à rédiger une constitution pour le royaume. Cela ouvre la voie à un nouveau régime politique, une monarchie constitutionnelle.
La nouvelle constitution qui instaure une monarchie constitutionnelle est adoptée le 3 septembre 1791. Désormais, le roi doit partager son pouvoir avec une assemblée législative. Le roi nomme ses ministres avec lesquels il partage le pouvoir exécutif. Louis XVI n’est plus « roi de France » mais « roi des Français ». Il ne peut dissoudre l’Assemblée mais peut opposer son véto aux décisions de cette dernière.
Ce bouleversement politique inquiète les souverains européens qui décident d’offrir l’asile aux émigrés, des contre-révolutionnaires, le plus souvent issus de la noblesse. L’Autriche (pays dont est originaire la reine Marie-Antoinette) est accusée par les révolutionnaires de vouloir rétablir la monarchie absolue en France avec la complicité du roi Louis XVI. Cette crainte est renforcée par la fuite du roi (du 20 au 21 juin 1791). La France, en guerre contre les monarchies européenne, et l’affaiblissement des pouvoirs du roi ouvrent la voie à l’instauration de la République.
La République est proclamée le 22 septembre 1792. Elle est le résultat des tensions qui existe entre les révolutionnaires et le roi. En effet, ce dernier accepte le principe d’une monarchie constitutionnelle mais oppose systématiquement son véto, ce qui bloque toutes les décisions de l’Assemblée. Par ailleurs, depuis sa fuite et son arrestation, le roi est discrédité. Le 10 août 1792, un coup d’État républicain provoque la prise du palais des Tuileries, la résidence du roi. Louis XVI est emprisonné avec sa famille. Une nouvelle assemblée, la Convention, rompt définitivement avec l’Ancien régime en abolissant la monarchie.

Passant de la monarchie absolue à la République, les évolutions du régime politique français ont transformé les rapports entre les français et leur société.
Sous la monarchie absolue, les Français étaient des sujets du roi, c’est-à-dire des personnes sans droits et soumises à la volonté du roi. Le roi avait le pouvoir de naturaliser (déclarer français celui qui ne l’est pas). La notion de citoyen apparaît avec la Révolution française. En effet, le 4 août 1789, l’assemblée constituante vote l’abolition des privilèges. Cela met fin à la société d’ordres de l’Ancien Régime (clergé, noblesse et tiers-état). En outre, la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 introduit l’idée d’égalité entre les Français et le droit de participer à la vie de la communauté nationale.
Par ailleurs, la monarchie constitutionnelle de 1791 qui cède la place à la République en 1792 introduit le droit de vote. L’assemblée adopte le suffrage censitaire, un système qui ne donne le droit de vote qu’à seulement 15 % de la population. En effet, seuls les hommes, âgés de plus de 25 ans et chefs de foyer, payant le cens (un certain niveau d’impôt) ont le droit de vote. Par conséquent, les pauvres, les femmes et les esclaves des colonies sont exclus de la citoyenneté. Malgré cette démocratisation limitée, les journaux et les clubs permettent au plus grand nombre de s’initier aux débats politiques. Cela n’empêche pas des femmes comme Mme Roland ou Olympe de Gouges de s’engager dans la révolution. La Révolution française, inspirée par les idées des Lumières, a fait basculer la vie politique française. Elle se traduit par le passage d’une souveraineté de droit divin incarnée par le roi à la souveraineté du peuple. Ce basculement politique connaît des temps forts.

De nombreux temps forts marquent l’affirmation de la souveraineté nationale en France de 1789 à 1792. Parmi ces temps forts nous pouvons d’abord retenir le serment du Jeu de paume, puis la fête de la fédération du 14 juillet 1790 et enfin la prise du palais des Tuileries le10 août 1792.
Convoqués pour les états généraux, les députés du tiers-état s’opposent au roi. Ce dernier veut conserver le vote par ordre alors qu’ils réclament le vote par tête. Un bras de fer s’engage avec le roi qui leur interdit de se réunir. Ils bravent cette décision en se réunissant dans la salle du Jeu de paume à Versailles et sont rejoints le 20 juin 1789 par quelques députés du clergé et de la noblesse. Ils se proclament Assemblée nationale et font la promesse de rester unis jusqu’à ce qu’ils aient donnés à la France une constitution. C’est le serment du Jeu de paume. Le roi cède et demande aux représentants du clergé et de la noblesse de rejoindre les députés du tiers-état afin de former une Assemblée nationale constituante, c’est-à-dire une assemblée souveraine, chargée de rédiger une constitution pour la France. Cela marque la fin de l’absolutisme.

Le 14 juillet 1790, un an après la prise de la Bastille, la France semble former une nation. La fête de la fédération, en ce jour, le montre. 50 000 hommes armés, venus de toute la France, défilent au Champ-de-Mars. Trois cent mille personnes assistent à la procession militaire, à la messe sur l’autel de la patrie célébrée par Talleyrand (assisté de trois cents prêtres), au serment du roi à la Constitution et au serment de La Fayette au roi, à la nation et à la Constitution. C’est un moment d’unité nationale et d’un sentiment patriotique fort. Une réelle ferveur pour les idées nouvelles cohabite avec l’attachement à la personne du roi.
Mais ce consensus est apparent. En effet, les fédérés, citadins et ruraux, unis dans la Révolution et fervents défenseurs de l’idéal révolutionnaire, se radicalisent. Cela se vérifie le 10 août 1792 avec l’attaque du palais des Tuileries.
La fuite avortée de Louis XVI modifie les relations entre la France et l’Europe. Celui-ci apparaît désormais aux yeux des Français comme menant un double jeu avec les souverains européens et les Français. Son véto aux décisions de l’Assemblée dans le vote pour la déclaration de guerre à la Prusse et à l’Autriche renforce ce sentiment de trahison. Ainsi, en pleine guerre contre les puissances européennes et face à la perspective d’une défaite qui rétablirait la monarchie absolue, le peuple de Paris (les sans-culottes) et des fédérés se tournent contre le Roi le 10 août 1792. Ils attaquent sa résidence du roi et celle de sa famille. Le roi se réfugie à l’assemblée nationale. Sous la pression populaire, il est suspendu de ses fonctions et emprisonné par les députés.
L’Assemblée, sous le nom de Convention et ce, après la victoire de Valmy (victoire inattendue sur les troupes européenne le 20 septembre 1792) abolit la monarchie et proclame la République le 21 septembre 1792.

En conclusion, la Révolution qui a commencé en 1789 est à l’origine de nombreux bouleversements en France. Elle a donné naissance à une nouvelle conception de la nation et une affirmation de la souveraineté nationale. Les Français ne sont plus des sujets du roi mais des citoyens, des personnes qui participent activement à leur devenir. Cette affirmation de la souveraineté met en évidence des moments forts qui vont du Serment du Jeu de paume à la proclamation de la République. Cherchant à consolider les acquis de la Révolution, les Républicains mettent en place un régime dit de Terreur, animé par Robespierre et le Comité de salut public

Deuxième partie – Réalisation d’une production graphique (10 points)

Le sujet comporte deux annexes (légende et fond de carte) à rendre avec la copie.

Sujet - La métropolisation de la France

Consigne :
À partir du texte, vous construirez, à l’aide du fond de carte fourni, un croquis correspondant au sujet suivant : « La métropolisation de la France » accompagné d’une légende organisée.

Paris, métropole de rang mondial

La métropolisation renforce le rôle et le poids de Paris, seule métropole mondiale du pays. Paris, capitale, concentre la population, les emplois et les fonctions supérieures. Elle polarise une vaste région qui, au-delà de la région métropolitaine de l’Île-de-France, englobe un quart Nord-Ouest du pays (la Normandie, le CentreVal-de-Loire, le sud des Hauts-de-France, l’ouest du Grand-Est, le nord de la Bourgogne). Malgré l’étalement urbain considérable que connaît cette métropole, sa croissance démographique s’avère moyenne, à la différence de la concentration des fonctions de commandement et de recherche.

Les autres métropoles françaises, des métropoles de rang secondaire

Les autres métropoles françaises connaissent des situations très diverses. Elles se situent à des niveaux différents, en lien avec les fonctions et les activités qu’elles accueillent. Lille, Strasbourg et Lyon sont des métropoles de rang européen. Nantes, Bordeaux, Toulouse et Marseille, métropoles nationales, polarisent des espaces plus réduits que Paris. Enfin, certaines villes ont un rangmétropolitain régional, telles Nancy, Rennes, Grenoble, Nice et Montpellier. Les dynamiques démographiques de ces métropoles s’avèrent néanmoins différenciées, liées à leur environnement régional. Forte pour Strasbourg, Rennes, Nantes, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Montpellier, la croissance démographique est en revanche moyenne pour Lille et Nancy, tandis que Marseille et Nice connaissent une croissance assez limitée dans une région pourtant en forte croissance. L’ensemble de ces métropoles connaît un étalement urbain.

Des métropoles connectées

Les métropoles françaises s’insèrent dans la mondialisation. Cela se traduit en particulier par leurs infrastructures de ransports. Paris s’ouvre sur le monde avec ses deux aéroports et elle est au cœur du réseau des LGV, qui la relient à Lille, Strasbourg, Lyon et Marseille, Bordeaux et Toulouse, Nantes ainsi que Rennes. Lille bénéficie des deux LGV qui laconnectent au Royaume-Uni par l’Eurostar et à la Belgique et aux Pays-Bas par le Thalys. Toulouse et Lyon possèdent des aéroports de rang international. Marseille représente avec son port une interface sur la Méditerranée. Strasbourg et Lille, enfin, bénéficient d’une importante activité transfrontalière.

Croquis de synthèse

Après avoir lu attentivement le sujet et le texte qui l’accompagne, vous pouvez suivre les étapes suivantes :

  • Sélectionnez dans le texte les informations qui répondent au sujet.
  • Réalisez un tableau en deux colonnes :
  • Placez dans la première colonne les informations relevées
  • Dans la deuxième colonne, choisissez le figuré le plus pertinent pour chaque information :
  • les métropoles en figurés ponctuels ;
  • les zones ou espaces en figurés surfaciques ;
  • les réseaux routier, fluvial, ferroviaire en figurés linéaires.
bannière attention

Attention

Les couleurs ne doivent pas se superposer.

  • Classez les informations en deux ou trois thèmes, afin de créer votre légende :
  • le réseau urbain ;
  • les dynamiques urbaines ;
  • des métropoles connectées ;
  • une fois cela fait, n’hésitez pas à relire le texte, afin d’être sûr d’avoir traité tous les éléments.

Informations Figurés Emplacements
Un réseau urbain dominé par Paris / /
Paris, métropole de rang mondial : concerte la population, les emplois, les fonctions de commandement et de recherche Figuré ponctuel (un carré ou un rond) Paris
Polarisation de l’espace par Paris Figuré surfacique (hachures par exemple) Île-de-France + Normandie + Centre-Val-de-Loire + sud des Hauts-de-France + ouest du Grand-Est + nord de la Bourgogne
Métropole de rang européen Figuré ponctuel (un carré ou un rond), plus petit que celui de Paris Lille, Strasbourg, Lyon
Métropole nationale Figuré ponctuel (un carré ou un rond), plus petit que celui des métropoles européennes Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille
Métropole régionale Figuré ponctuel (un carré ou un rond), plus petit que celui des métropoles régionales Nancy, Rennes, Grenoble, Nice et Montpellier
Les dynamiques démographiques urbaines différentes / /
Croissance démographique faible Couleur à l’intérieur des figurés qui représentent les métropoles Marseille, Nice
Croissance démographique moyenne Couleur à l’intérieur des figurés qui représentent les métropoles Lille, Nancy
Croissance démographique forte Couleur à l’intérieur des figurés qui représentent les métropoles Strasbourg, Rennes, Nantes, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Montpellier
Étalement urbain Couleur autour des villes concernées À appliquer sur toutes les villes indiquées dans les trois cases de la croissance démographique
Des métropoles connectées / /
Aéroport international Symbole (étoile) Paris (CDG et Orly – Pas besoin de noter les noms), Toulouse, Lyon
Port mondial Symbole (triangle) Marseille
Interface maritime Figuré linéaire Symbole habituel de l’interface maritime en mer, sous Marseille.
Lignes LGV Figuré linéaire

  • Paris – Lille
  • Paris-Strasbourg
  • Paris-Lyon-Marseille
  • Paris-Bordeaux-Toulouse
  • Paris-Nantes
  • Paris-Rennes
Ligne LGV transfrontalière Figuré linéaire
  • Lille-Royaume-Uni
  • Lille-Belgique
  • Forte activité transfrontalière Figuré linéaire Strasbourg et Lille
    • Mise au propre :
    • les figurés de légende sont toujours placés à gauche du texte de légende correspondant ;
    • donnez un titre à la carte ;
    • complétez la carte en vous aidant de votre tableau. Commencez d’abord par les plages de couleurs.
    • ajoutez le nom des villes ;
    • ajoutez l’orientation à votre carte ;
    • ajoutez le nom des mers et océan ;
    • ajoutez les noms des pays transfrontaliers.

    Carte sujet 0 - La métropolisation de la France - histoire schoolmouv 1re