Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

L'élargissement du monde au XVe siècle

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Ce cours est en cours de création par nos équipes et il sera prêt pour la rentrée 2019 💪

Introduction :

Au XVe siècle, la progression des Turcs en Méditerranée orientale ferme progressivement les ports commerciaux aux occidentaux. En effet, la dynastie ottomane unifie petit à petit tout l’Orient sous sa bannière et menace les possessions et comptoirs européens au Levant. Les progrès de la navigation permettent à de nouveaux acteurs, les puissances ibériques, d’imaginer la création de routes de commerce alternatives océaniques : ils éviteraient ainsi les taxes turques. Certains de ces voyages aboutissent en Amérique et permettent ainsi la découverte d’un nouveau continent jusqu’alors inconnu des Européens. Ce Nouveau Monde, habité par des civilisations depuis toujours isolées du Vieux Continent, recèle de grandes richesses qui vont attiser l’appétit des grandes puissances européennes.

Nous verrons tout d’abord comment les Ottomans parviennent à réunifier l’Orient et comment cet évènement va progressivement pousser les puissances européennes à s’aventurer vers d’autres contrées. Nous étudierons donc, dans un deuxième temps, la découverte majeure de Christophe Colomb ; enfin, nous nous pencherons sur les premières conséquences de cette rencontre entre deux mondes : l’Ancien et le Nouveau.

L’unification de l’Orient ottoman et les nouveaux défis du commerce

Le commerce en Méditerranée orientale se tarit progressivement au cours des XVe et XVIe siècles, du fait de l’unification de toute la Méditerranée orientale par une nouvelle puissance montante : l’Empire ottoman. Les restrictions commerciales poussent alors les Européens à se tourner vers d’autres voies d’approvisionnement.

L’Empire ottoman et la fermeture du Levant

Installés depuis le Xe siècle au Proche-Orient, les Turcs sont un peuple d’Asie Centrale. Leur intégration dans l’armée des puissances islamiques les pousse naturellement à migrer jusqu’à la Méditerranée. En parallèle, au XIIIe siècle, l’invasion mongole déséquilibre le Proche-Orient, et dissout ainsi tous les royaumes et forces politiques issus des croisades.

  • C’est sur ces ruines qu’Osman Ier fonde un nouvel État en Anatolie qui prendra son nom : l’Empire ottoman.

Alors que l’Empire byzantin se relève difficilement de l’invasion croisée de 1204, les Ottomans usent de leur supériorité militaire pour conquérir les territoires des Roumis, le nom turc donné aux Byzantins. Constantinople, la resplendissante capitale byzantine, fascine les sultans, qui se mettent en tête de s’en emparer. En mai 1453, après des mois de siège, le sultan Mehmet II prend la ville et en fait sa capitale.

IMG01 :Jean-Joseph Benjamin-Constant, Entrée du sultan Mehmet II à Constantinople le 29 mai 1453. 1876, huile sur toile, 697 x 536 cm, Musée des Augustins, Toulouse

bannière à retenir

À retenir

La chute de Constantinople est un évènement majeur pour la chrétienté. En effet, la ville était non seulement l’incarnation du monde romain et de son héritage depuis mille ans, mais également une cité symbolique pour les chrétiens.

Mehmet II transforme la ville pour en faire une cité islamique et convertit la basilique Sainte-Sophie en mosquée. Le sultan se fait bâtir un palais sur les rives du détroit du Bosphore, le palais de Topkapi. De cet édifice, il peut dominer son empire qui s’étend à présent sur les deux continents de part et d’autre du détroit : l’Europe et l’Asie.

Si la domination ottomane est imposante dans la Méditerranée orientale, elle se fait écrasante avec les conquêtes du sultan Sélim Ier. Malgré un court règne de huit années (1512-1520), Sélim parvient à unifier toute la Méditerranée orientale en conquérant la Syrie et l’Égypte. Par ailleurs, les Ottomans se lancent à la conquête des îles de Méditerranée aux mains des Vénitiens (Crête, Rhodes) et accentuent la pression sur l’Europe chrétienne.

bannière à retenir

À retenir

En parallèle, les Ottomans accueillent sur leurs territoires les populations juives séfarades expulsées de l’Espagne en 1492. Ils les installent à Salonique, en Macédoine.

Les Européens à la recherche d’une nouvelle route commerciale

L’Empire ottoman connaît son apogée sous le règne de Soliman le Magnifique (1520-1566) qui étend son empire en Europe, en conquérant la Hongrie. Avec l’alliance franco-ottomane, signée en 1536, Soliman s’unit avec François Ier contre leur rival commun, l’Empereur d’Autriche et roi d’Espagne Charles Quint. Soliman meurt en campagne, mais son règne reste marqué par un âge d’or de la culture turque.

bannière à retenir

À retenir

La fermeture progressive du commerce en Méditerranée orientale et la pression turque poussent les Européens à chercher de nouveaux moyens d’accéder aux richesses de l’Asie.

IMG02 : Carte de l’expansion de l’Empire ottoman

La conquête de l’Égypte par les Ottomans a un impact considérable sur le commerce méditerranéen. En effet, les récentes conquêtes de Sélim empêchent les Européens de commercer avec le Levant et leurs fournisseurs asiatiques, en imposant des taxes toujours plus hautes. Devant le déclin du commerce oriental et des conditions de commerce de plus en plus difficiles, les Européens se tournent dès le XVe siècle vers d’autres sources d’approvisionnement. Les progrès techniques de la navigation de l’époque (compas, boussole, astrolabe, portulan) leur permettent d’imaginer des voyages plus longs qui permettraient de rallier l’Asie en passant par l’Atlantique.

Deux petits pays vont être les initiateurs de ces voyages : l’Espagne et le Portugal. En pleine expansion depuis la Reconquista, ils se tournent désormais vers l’Afrique et les possibilités que leur offrent le commerce atlantique. Outre les conquêtes des villes d’Afrique du Nord (Tanger, Alger), ils envisagent de contourner l’Afrique pour gagner l’Inde et la Chine.

bannière definition

Définition

Reconquista :

Reconquête progressive de la péninsule ibérique par les chrétiens au détriment des musulmans.

Dès 1456, alors qu’ils longent la côte de l’Afrique pour trouver un passage vers l’Inde, les Portugais accostent au Cap Vert. Après avoir passé pour la première fois l’équateur, les marins découvrent l’hémisphère sud et rentrent en contact avec les royaumes africains du détroit du Congo. En 1488, Bartolomeu Dias franchit le Cap de Bonne Espérance, au sud de l’Afrique, ouvrant ainsi la voie de l’océan Indien.

En outre, se dessine progressivement le projet d’un marin génois pour le compte du roi d’Espagne : gagner l’Asie par la route de l’ouest.

La route de l’ouest et la découverte de Colomb

Le projet de voyage aux Indes orientales par l'ouest

L’objectif des puissances ibérique étant de gagner l’Asie par le chemin le plus rapide, un navigateur génois, Christophe Colomb, projette d’atteindre ce continent sans avoir à contourner l’Afrique. Pour ce faire, il envisage de traverser l’océan. Il fonde alors son raisonnement sur des calculs et des interprétations erronés des écrits des géographes qui sous-estiment la surface réelle du globe. Cela étant, ces éléments lui permettent néanmoins de convaincre la reine de Castille, Isabelle la Catholique, du bien-fondé de son expédition : elle finance donc son voyage.

Le 3 août 1492, Colomb part donc de l’Espagne avec seulement 90 membres d’équipage à bord de trois navires : la Pinta, la Niña et la Santa María. Le voyage dure plusieurs mois mais, malgré l’inquiétude des marins, la terre se profile bientôt à l’horizon.

La découverte de l'Amérique

Les marins débarquent le 12 octobre 1492 sur une terre inconnue, verdoyante et peuplée d’humains. Les amérindiens les accueillent en effet et les accompagnent dans la découverte de l’archipel des Caraïbes. Persuadé d’être arrivé en Inde, Colomb nommera ces populations natives les « Indiens ». Après un premier retour en Espagne, Colomb convainc la reine d’établir des colonies dans ce Nouveau Monde qui regorge de richesses et dont les terres fertiles se prêtent à l’agriculture.

IMG03 : Débarquement de Christophe Colomb dans les Caraïbes en octobre 1492. Illustration par Théodore de Bry, XVIe siècle.

Bien que Christophe Colomb soit persuadé jusqu’à sa mort d’avoir débarqué en Asie, cet évènement est absolument majeur pour l’histoire de l’humanité.

bannière attention

Attention

L’objectif de gagner l’Inde en contournant l’Afrique n’est atteint qu’en 1498, lorsque Vasco de Gama débarque à Calicut, en Inde, ouvrant ainsi la voie à un commerce direct entre l’Europe et l’Asie.

bannière à retenir

À retenir

Certes, les Espagnols n’ont pas découvert l’Amérique dans le sens où des civilisations humaines y existaient depuis des millénaires. En outre, les Vikings y avaient déjà débarqué aux alentours de l’an mil. Pour autant, il s’agit d’une « découverte » dans le sens où personne dans l’Ancien Monde ne soupçonnait l’existence d’un tel continent ou de ces peuples, ces derniers ayant vécu complètement isolés du reste de l’humanité pendant des millénaires.

La rencontre entre les nouveaux arrivants et les populations autochtones se conte en nuances.

La rencontre entre deux mondes

Les civilisations précolombiennes

IMG04 : Pyramide centrale d’Uxmal, ville Maya en Mésoamérique (aujourd’hui au Mexique)

Des hommes venus d’Asie orientale ont commencé à peupler l’Amérique il y a au moins 16 000 ans. Les Amérindiens, ces peuples indigènes d’Amérique, ont développé des cultures qui peuvent être nomades ou sédentaires, vivant d’agriculture et d’élevage, ou bien de pêche et de chasse.

bannière definition

Définition

Indigène :

Ce terme désigne une personne ou un peuple originaire du lieu dont il est question.

Les différents peuples ont adapté leur mode de vie à leur environnement. Dans les zones plus arides et où il est nécessaire d’abriter les récoltes, ils ont développé des civilisations urbaines ; alors que dans les zones tropicales, où tout pousse toute l’année, ils vivent en nomades, dans de petits groupes très réduits. Un point commun entre tous les peuples amérindiens est leur proximité avec la nature et l’adoration qu’ils lui vouent. Ils l’honorent notamment par des sacrifices et des rites initiatiques.

IMG05 : Carte des principales civilisations amérindiennes en 1500

Les deux plus grands foyers de civilisation amérindienne sont la Mésoamérique (le Mexique et l’Amérique centrale) et la Cordillère des Andes en Amérique du Sud. C’est là que se sont établies des civilisations urbaines complexes. En effet, à l’arrivée des Espagnols en Amérique, des civilisations coexistent déjà, de l’Alaska à la Terre de Feu, et les deux espaces majeurs de civilisations ont chacun été unifiés durant le siècle précédent l’arrivée des Espagnols. Dans les Andes, les Incas imposent leur domination à la fin du XVe siècle, tandis que les Aztèques unifient un vrai empire au Mexique.

La conquête des empires amérindiens

L’établissement des Espagnols dans les îles de la mer des Caraïbes commence dès 1492, mais il faut des décennies pour que les marins parviennent à rejoindre le continent américain. En 1519, le conquistador Hernán Cortés débarque au Mexique avec une armée qu’il a recrutée à Cuba, et entreprend de se lancer à la conquête de l’Empire aztèque qui domine tout le Mexique central.

bannière definition

Définition

Conquistadors :

Il s’agit des explorateurs d’origine espagnole qui se lancent à la découverte des terres du Nouveau Monde avec des troupes armées.

La capitale aztèque impressionne les conquistadors : à plus de 2 000 mètres d’altitude, au plein centre d’un lac, Mexico-Tenochtitlan est une ville gigantesque qui regorge d’édifices majestueux, excitant l’appétit de richesse des Espagnols. Les pratiques culturelles des Aztèques choquent pourtant les conquistadors, très catholiques : ils pratiquent une guerre rituelle, la guerre fleurie, dont l’unique objectif est de capturer des prisonniers pour les sacrifier vivants à leurs divinités. En plus des sacrifices humains, les Aztèques pratiquent le cannibalisme et vénèrent des dieux qui effraient les Espagnols. Ces derniers parviennent à conquérir Mexico-Tenochtitlan en 1521, après un long siège, et surtout grâce à l’aide d’autres peuples amérindiens rivaux des Aztèques, les Tlaxcaltèques.

IMG06 :Carte de Mexico-Tenochtitlan offerte par Hernan Cortes à Charles Quint en 1524, conservée à la bibliothèque Newberry de Chicago.

Par ailleurs les Espagnols, entendant parler de l’El Dorado, un pays mythique regorgeant d’or dans la partie sud de l’Amérique, de nombreuses expéditions de conquistadors se mettent en place. La plus importante est menée par Francisco Pizarro, qui débarque au Pérou en 1532, occupé à ce moment-là par l’Empire inca. Pizarro parvient à capturer l’empereur inca Atahualpa par la ruse, et le détient en otage jusqu’à ce qu’on lui livre tout l’or de l’empire, qui s’étend alors sur toute la Cordillère des Andes. Après avoir finalement exécuté son otage, Pizarro assiège la capitale Cusco pendant 10 mois et s’empare de ses richesses. Mais la jalousie et la soif de pouvoir rongent les sociétés de conquistadors, et Pizarro finit assassiné dans une guerre interne opposant les Espagnols entre eux. La couronne espagnole prend alors possession des terres américaines et les organise en plaçant des gouverneurs à leurs têtes.

Les richesses et possibilités offertes par le Nouveau Monde

En quelques décennies, l’Amérique passe aux mains des Espagnols et des Portugais. Ceux-ci s’appuient sur une décision du pape, le Traité de Tordesillas (1494) qui partageait les terres à découvrir entre ces deux pays, pour justifier leur domination sans partage.

bannière à retenir

À retenir

L’Amérique est riche et regorge de ressources agricoles nouvelles : le maïs, la pomme de terre, l’avocat, la tomate, les piments, le cacao, la courge, le manioc ou encore le tabac. Les Européens vont profiter de ses conditions climatiques favorables pour y implanter des produits venus d’Asie ou d’Afrique, comme le café ou la canne à sucre qui alimentera l’Europe en sucre.

Hormis les ressources agricoles, c’est surtout les métaux qui intéressent les conquistadors : l’or et l’argent. La découverte d’une montagne qui regorge d’argent à Potosi, dans les Andes, va en faire une des plus grandes villes d’Amérique en l’espace de dix ans. Ces découvertes poussent les conquistadors à poursuivre leurs recherches toujours plus loin, dans le but de trouver l’El Dorado. Les colonies américaines enrichissent considérablement les royaumes espagnols et portugais et deviennent leur source principale de revenu. Ils vont essayer de les faire prospérer en fondant de nouvelles colonies. Mais souvent, ils se contentent de refonder des villes sur les sites déjà occupés par les Amérindiens avant eux, comme Mexico, ou Lima par exemple.

Conclusion :

En unifiant l’Orient et en fermant les derniers comptoirs européens en Méditerranée orientale, les Ottomans ont poussé les puissances européennes à imaginer de nouvelles voies d’approvisionnement. Profitant d’une heureuse erreur de calcul, Christophe Colomb débarque sur une terre peuplée de civilisations dont l’existence restait jusqu’alors insoupçonnée. L’évènement est si important dans l’histoire de l’humanité que certains historiens en font la date limite de fin du Moyen Âge et le début du monde moderne. D’autres préfèrent à cette date celle de l’année 1453 qui marque la fin de la guerre de Cent ans et la chute de Constantinople. Le débat pour savoir laquelle de ces deux dates est la plus pertinente alimente les discussions des historiens depuis de nombreuses années. Néanmoins, il faut noter qu’aucun des contemporains de cette période ne s’est rendu compte de l’importance de ces évènements sur le long terme.