Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La France de Vichy (1940-1944)

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

​Introduction :

En 1939, la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne, après que celle-ci ait envahit la Pologne. Mais en moins d’un an, la France est battue par l’armée allemande. Les conséquences politiques et sociales de cette défaite sont nombreuses et complexes. La IIIe République, qui avait été fondée en 1870 et qui avait survécu à la Première Guerre disparaît ; un nouveau régime politique se met en place : le régime de Vichy, avec à sa tête l’ex-maréchal Pétain, vainqueur de la bataille de Verdun pendant la Première Guerre.

La Résistance à Pétain et au nazisme se met alors en place depuis l’étranger et à l’intérieur du pays : des réseaux de résistants organisent le futur de la France et participent à la libération du pays en 1944, avec l’aide des troupes anglo-américaines.

Dans ce cours, nous allons voir tout d’abord comment la France a perdu si rapidement la guerre et comment s’installe le régime de Vichy. Nous étudierons ensuite les relations entre le régime de Vichy et l’Allemagne nazie, c’est-à-dire le phénomène de la collaboration. Nous terminerons par l’analyse de la Résistance en France.

La défaite de 1940 et la fin de la IIIe République

Les conséquences immédiates de la défaite

Après quelques mois de combats, la France, surprise par la grande offensive que l’Allemagne a lancée dans le nord de l’Europe, est battue en mai 1940. Mais le gouvernement français est divisé sur la suite à donner à cette défaite. Est-ce que la France doit capituler face à l’Allemagne, c’est-à-dire reconnaitre sa défaite et se soumettre aux nazis ? Est-ce que la France doit négocier avec l’Allemagne ? Est-ce qu’elle doit entrer en résistance ? Deux hommes politiques vont s’affronter alors : il s’agit du maréchal Pétain et du général de Gaulle.

Alt Maréchal Pétain Maréchal Pétain

Alt Général de Gaulle Général de Gaulle

  • Le 17 juin 1940, Pétain demande l’armistice avec l’Allemagne.
bannière definition

Définition

Armistice :
Un armistice est un cessez-le-feu mais pas une paix officielle, autrement dit, c’est une sorte de trêve.

Le 18 juin 1940, le général de Gaulle, exilé en Angleterre, lance son fameux appel dans lequel il refuse catégoriquement la défaite et demande aux Français de résister contre l’Allemagne et contre Pétain. C’est lors de cet appel, diffusé par la radio, que de Gaulle prononce sa fameuse phrase : « la France a perdu une bataille, mais elle n’a pas perdu la guerre ».

bannière à retenir

À retenir

L’armistice est pourtant signé le 22 juin et le territoire français est alors divisé en deux : la partie nord de la France est occupée par l’Allemagne, c’est la zone occupée, et la partie sud de la France est gouvernée par Pétain ; il s’agit de la zone libre.

Carte de la division de la France en zones libre et occupée. Carte de la division de la France en zones libre et occupée.

La capitale de ce nouveau gouvernement est transférée de Paris, zone occupée, à Vichy, zone libre.

bannière à retenir

À retenir

En parallèle, Charles de Gaulle est reconnu chef du gouvernement français par le gouvernement anglais.

Les pleins-pouvoirs de Pétain

Une petite partie du gouvernement français, formée par des députés, est partie rejoindre le mouvement de résistance en Angleterre dès la défaite de 1940. D’autres, comme les députés communistes, ne siègent plus au gouvernement depuis 1939. Mais la majorité des députés qui sont restés après la défaite vont alors voter les pleins pouvoirs à Pétain et mettre ainsi un terme à la IIIe République.

bannière rappel

Rappel

La démocratie s’appuie sur la division des pouvoirs en trois secteurs : l’exécutif, le judiciaire et le législatif, afin qu’une seule personne ne concentre pas tous les pouvoirs.

Mais ceci prend fin avec Pétain, qui réunit en sa personne tous les pouvoirs.

  • Le 10 juillet, c’est donc la fin de la IIIe république.

La devise « liberté égalité fraternité » disparait et est remplacée par « travail famille patrie ».

Le régime de Vichy et la collaboration

Caractéristiques du régime de Vichy

Le régime de Vichy est un régime autoritaire : c’est Pétain qui possède l’intégralité des pouvoirs. Les élections sont supprimées, ainsi que les partis politiques et les syndicats. Une propagande est mise en place : selon Pétain, la France doit changer de valeurs morales car ce sont les valeurs de la République qui l’auraient menée à la défaite. Il s’agit donc, pour les pétainistes, de retrouver et refonder la culture traditionnelle française et réaliser une « révolution nationale ». Il développe alors des idées centrées sur le patriotisme, la religion catholique, la famille et le monde agricole, ainsi qu’un véritable culte de la personnalité. Il diffuse l’image d’un vieil homme serein, père de la patrie, unique et dernier rempart contre les nazis.

La collaboration

Alt Hitler et Pétain se serrant la main en 1940 Hitler et Pétain se serrant la main en 1940

On peut voir sur cette photo Hitler et Pétain se serrant la main, en 1940. Cette photo symbolise la collaboration de la France avec l’Allemagne nazie. Les historiens sont divisés sur la question : Pétain a-t-il été obligé de collaborer ? Ou bien a-t-il pris l’initiative d’aider les nazis ?

La collaboration a été organisée par le numéro deux du gouvernement, Pierre Laval. Elle est économique et idéologique.

  • Tout d’abord, Laval organise la Relève, c’est-à-dire un échange entre des prisonniers et des travailleurs français : si trois travailleurs français partaient volontairement en Allemagne qui cherchait de la main-d’œuvre venant des pays collaborateurs, l’Allemagne libérerait un prisonnier français.
  • Mais face au faible nombre de volontaires, Laval organise le STO, le Service du travail obligatoire, dès 1942, c’est-à-dire l’envoi de travailleurs français pour l’Allemagne. Il s’agit du seul exemple européen de livraison de travailleurs.
  • En 1943, Laval crée la Milice : une organisation paramilitaire qui lutte contre les résistants et les Juifs en France, ainsi que les réfractaires au STO.

Par ailleurs, dès le mois d’octobre 1940, le régime de Vichy prend les premières mesures contre les Juifs, en les excluant de la vie quotidienne (par exemple, les enfants juifs n’ont plus le droit d’aller aux parcs de jeux). Dès 1942, en France, ils sont obligés de porter l’étoile jaune.

La police française aide ensuite les Allemands à pourchasser les Juifs, notamment lors de la rafle du Vel d’hiv, en juillet 1942.

bannière à retenir

À retenir

En France, c’est plus de 76 000 juifs qui seront déportés vers les camps de concentration et d’extermination.

Rien n’indique cependant que l’Allemagne ait obligé la France à participer de manière aussi active et les historiens pensent que le gouvernement de Pétain a participé à l’extermination des juifs de manière volontaire.

  • Pétain affirme dès 1940 sa volonté de placer la France dans un nouvel ordre mondial dominé par les nazis.

La Résistance

Pendant que la vie politique s’organise officiellement autour du maréchal Pétain en France, les mouvements de résistance s’organisent à l’extérieur et à l’intérieur du territoire. En effet, une partie du gouvernement refusait l’armistice avec l’Allemagne. Le général de Gaulle fonde durant l’été 1940 les FFL, ou Forces françaises libres qui ont pour symbole la croix de Lorraine. Exilés en Angleterre, les FFL se situeront ensuite en Algérie.

À l’intérieur du territoire, des Français s’opposent de manière spontanée et individuelle à l’idéologie nazie et à Pétain, par des actions de sabotage ou de diffusion de tracts clandestins. Lorsque le résistant Jean Moulin est parachuté en France en 1942, il unifie alors les réseaux de résistance locaux, et crée un mouvement national de la Résistance, en mettant en place le CNR, le conseil national de la Résistance dès 1943.

Le but du CNR va bien au-delà de l’unification des réseaux de résistance puisqu’il prépare politiquement et socialement la France de l’après-guerre. Jean Moulin puis ses successeurs (puisqu’il a été dénoncé, arrêté et torturé en 1943) prévoient la création de la sécurité sociale, la nationalisation des entreprises, l’élargissement du droit de vote aux femmes, et un vaste programme culturel.

  • Aux heures les plus sombres de l’histoire de France, les fondements de la République sont repensés et reformulés. Ils vont finalement donner naissance, au moment de la Libération, à la IVe République.

À partir de 1943, un gouvernement provisoire parallèle au gouvernement de Vichy, présidé par de Gaulle, est mis en place. En 1944, il prend officiellement le nom de GPRF (Gouvernement provisoire de la République française). Au moment de la Libération, en août 1944, le GPRF s’installe à Paris et rétablit la république en France.

bannière à retenir

À retenir

En octobre 1946, la IVe République naît officiellement et met en œuvre les réformes du CNR.

Conclusion :

Alors que la France est rapidement battue par l’Allemagne et qu’elle demande l’armistice en 1940, les résistants français se placent dans le camp des vainqueurs et de la lutte contre le nazisme en 1944, au moment de la Libération. La France de la Seconde Guerre mondiale vit donc des moments complexes. Ils ont fait chuter la IIIe République et créé un régime autoritaire et collaborateur (mené par Pétain et Laval). La France a également mobilisé des hommes et des femmes de manière isolée puis de manière unifiée dans un grand mouvement de résistance contre les nazis. Les deux figures de cette France sont représentées par Pétain d’un côté et par de Gaulle de l’autre. À la fin de la guerre, la France peut mettre en place une nouvelle république, fondée sur de profondes valeurs démocratiques.