Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
La Première Guerre mondiale : un embrasement mondial et ses grandes étapes

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Introduction :

La Première Guerre mondiale représente un tournant majeur dans l’histoire de l’humanité, de par son impact et sa violence. Afin de voir en quoi cette guerre est caractérisée par son ampleur géographique et sa durée, nous verrons tout d’abord comment le premier conflit mondial a pu se déclencher et comment le conflit, d’abord européen, a pu s’étendre à la planète entière. Enfin, la troisième partie de ce cours permettra de mettre en lumière les profonds bouleversement politiques en Europe engendrée par une guerre sans fin.

Aux origines du premier conflit mondial : un continent au bord de l’implosion en 1914

La marche vers la guerre : entre rivalités coloniales et tensions nationalistes

La situation dans l’Europe d’avant-guerre est potentiellement explosive. Alors que l’Europe constitue le cœur de l’économie mondiale, les rivalités nationalistes entre grandes puissances européennes laissent présager une guerre prochaine.

  • La crise des Balkans : à partir de 1910, la situation dans les Balkans devient problématique. Les difficultés de l’Empire austro-hongrois à faire face aux nationalismes émergents dans sa partie méridionale (au sud) provoquent plusieurs guerres balkaniques (en 1912 et 1913).
  • Les tensions autour des frontières et de certains territoires sont nombreuses dans l’Empire austro-hongrois mais pas seulement. Par exemple, le souvenir douloureux des deux provinces perdues par la France en 1871 (l’Alsace et la Lorraine) alimente de véritables « bouffées de nationalisme » en Europe de l’Ouest.
  • Les rivalités coloniales enveniment également les relations entre les grandes puissances européennes à partir de la fin du XIXe siècle (la crise de Fachoda en 1898 entre la France et le Royaume-Uni, les crises marocaines en 1905 et 1911 entre la France et l’Allemagne).

L’engrenage des alliances et le déclenchement de la guerre

Ces rivalités nationalistes et coloniales aboutissent à la constitution de deux réseaux d’alliances adverses :

  • la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Empire russe) et ses alliées ;
  • la Triple-Alliance (Empire allemand, Empire austro-hongrois, Italie).
bannière definition

Définition

Triple-Alliance :

Appelé aussi Triplice, système d’alliance fondé en 1882 par l’Empire allemand, l’Empire austro-hongrois et l’Italie (jusqu’à son entrée en guerre aux côtés de l’Entente en 1915).

Triple-Entente :

Système d’alliance créé en 1907 regroupant le Royaume-Uni, la France et l’Empire russe. Sa création répond à la volonté de ces États de contrebalancer le poids de la Triple-Alliance.

bannière à retenir

À retenir

L’assassinat de François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, par un nationaliste serbe à Sarajevo le 28 juin 1914 est l’étincelle qui déclenche la guerre.

Assassinat de l’archiduc François-Ferdinand - histoire - 1re - SchoolMouv Assassinat de l’archiduc François-Ferdinand et de sa femme le 28 juin 194. Illustration extraite du journal français Le Petit Journal datant du 12 juillet 1914

L’Autriche-Hongrie déclare alors la guerre à la Serbie le 28 juillet, ce qui précipite toute l’Europe dans la guerre par le jeu des alliances entre États. Le conflit qui débute durant l’été 1914 est donc avant tout une guerre européenne.

L’Europe en 1914, entre tensions et jeux d’alliances

D’une guerre européenne à une guerre mondiale : l’extension progressive du conflit

Une guerre qui se mondialise et se transforme

Si les théâtres d’opérations sont essentiellement européens et proche-orientaux (les batailles terrestres se concentrent dans ces deux régions), la guerre se mondialise rapidement avec la participation des colonies européennes et des zones contrôlées par les Européens dès l’été 1914.

bannière à retenir

À retenir

L’entrée en guerre des États-Unis auprès de la Triple-Entente en avril 1917 donne une dimension planétaire à ce conflit.

Une guerre mondiale - SchoolMouv - Histoire - 1re

Cette guerre se caractérise aussi par ses dimensions navales et aériennes. Pour la première fois, la guerre navale s’impose dans la stratégie globale des états-majors : blocus maritimes, débarquements aux Dardanelles puis à Salonique en 1915. La guerre sous-marine à outrance menée par l’Allemagne est ce qui pousse notamment les États-Unis à s’engager dans le conflit. À partir de 1916, l’aviation joue un rôle plus important dans les combats. Les as de l’aviation deviennent alors les héros d’une guerre nouvelle et noble.

Une mobilisation humaine inédite : l’implication des empires coloniaux

Cette extension géographique implique une mobilisation humaine sans précédent : près de 70 millions de soldats ont ainsi combattu entre l’été 1914 et l’automne 1918.

bannière à retenir

À retenir

À ce titre, on peut parler de première guerre de masse à dimension planétaire.

Le nombre important de victimes dès les premiers mois aboutit à la participation des populations des colonies. Au départ, les États sont très réticents à mobiliser ces populations en raison de préjugés raciaux très ancrés dans les esprits. Mais ils doivent rapidement se résoudre à faire venir en métropole de très nombreux hommes de leurs empires coloniaux. Ainsi, 600 000 soldats des colonies combattent pour la France (sur 8 millions de mobilisés) tandis que la contribution des colonies britanniques atteint plus de 2,7 millions d’hommes (pour près de 5,7 millions de soldats mobilisés au Royaume-Uni).

  • Une mobilisation humaine sans précédent

Pays Mobilisés

Puissances alliées

Russie 18 millions
France (et ses colonies) 7,9 millions
Grande-Bretagne (et ses colonies) 8,9 millions
Italie 5,6 millions
Serbie 750 000
Roumanie 1 million
États-Unis 4,3 millions
Belgique 365 000
Grèce 353 000
Portugal 100 000
Monténégro 32 521
Japon 800 000
Total 48,2 millions

Puissances centrales

Allemagne 13,2 millions
Autriche-Hongrie 9 millions
Turquie 3 millions
Bulgarie 400 000
Total 25,6 millions

TOTAL

73,8 millions

Jay Winter, The Great War and the British People, cité dans Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean-Jacques Becker, Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2004.

Une guerre interminable qui engendre de profonds bouleversements politiques en Europe

Les grandes phases de la guerre : de l’échec de la guerre de mouvement à la guerre de position

Durant l’été 1914, tout le monde est persuadé que la guerre sera courte et localisée. Or, celle-ci s’annonce bien plus longue que prévu. Le déroulement de la Première Guerre mondiale est ainsi marqué par trois phases jusqu’à l’Armistice du 11 novembre 1918 qui consacre la défaite de la Triple-Alliance :

  • une courte guerre de mouvement entre l’été et l’automne 1914 qui aboutit au blocage du front en deux endroits à la fin de l’année : le nord-est de la France et l’ouest de la Russie (batailles de Tannenberg en août et de la Marne en septembre) ;
bannière definition

Définition

Guerre de mouvement :

Reposant sur des conceptions traditionnelles de la guerre (héritées de Carl von Clausewitz et Napoléon), guerre se caractérisant par des offensives rapides destinées à surprendre l’ennemi et à le vaincre rapidement.

  • une longue guerre de position caractérisée par des batailles très meurtrières mais souvent peu décisives (Verdun, la Somme). Le conflit s’enlise alors dans les tranchées, éprouvant les corps et le moral des soldats. Cette guerre d’usure engendre, en effet, de nombreux morts, blessés et traumatisés et provoque durant l’année 1917 une vague de mutineries et de désertions dans la plupart des armées, particulièrement en Russie ;
bannière definition

Définition

Guerre de position :

Par opposition à la guerre de mouvement, guerre qui voit les armées ennemies s’immobiliser face-à-face, le plus souvent, dans des tranchées.

Tranchée :

Fossé creusé par les soldats eux-mêmes, protégé par des barbelés et séparé d’un autre fossé par un no man’s land, une bande de terre inoccupée et inexploitée. C’est dans ces tranchées que les soldats vivent en attendant la prochaine attaque.

Mutinerie :

Révolte des soldats contre l’autorité militaire. La mutinerie se caractérise le plus souvent par le refus de combattre.

Désertion :

Délit militaire d’absence illégale, c’est-à-dire fait pour un militaire de ne pas rejoindre son corps d’affectation d’armée ou de l’abandonner durant la guerre. Le soldat est considéré comme déserteur au-delà de trois jours d’absence. Il est alors passible du Conseil de Guerre et risque la peine de mort.

  • la reprise de la guerre de mouvement à partir de 1918, qui fait suite à la sortie de guerre de la Russie. L’Allemagne, débarrassée de ce front oriental, reprend alors l’initiative sur le front occidental mais subit les contre-offensives victorieuses de la Triple-Entente.

L’Europe en guerre entre 1914 et 1918 - Histoire - 1re - SchoolMouv L’Europe en guerre entre 1914 et 1918

La désintégration de l’Empire russe : la guerre, moteur des révolutions de 1917

bannière à retenir

À retenir

Dans le cas de l’Empire russe, la Première Guerre mondiale est à l’origine directe d’un changement de régime.

En effet, les défaites militaires sur le front oriental ainsi que de profondes tensions sociales au sein de l’Empire russe provoquent deux révolutions qui aboutissent au renversement du pouvoir tsariste (la révolution de février) et à son remplacement par un parti révolutionnaire dirigé par Lénine, le parti bolchévique (la révolution d’octobre).

bannière definition

Définition

Parti bolchévique :

Parti révolutionnaire russe né en 1903 autour des thèses défendues par Lénine et qui s’empare du pouvoir en octobre 1917. Le parti bolchévique devient le Parti communiste en 1918 puis le Parti Communiste de l’Union Soviétique en 1922.

Ce changement de régime, directement lié au conflit, a lui-même des conséquences directes sur le déroulement de la guerre. Avec la paix séparée signée entre le nouveau pouvoir bolchévique et l’Empire allemand à Brest-Litovsk en mars 1918, l’Allemagne se voit ainsi, en partie, dégagée d’un front (le front oriental) et peut dès lors concentrer ses forces sur le front occidental.

Conclusion :

Après des années de tensions et de rivalités nationalistes entre les grandes puissances européennes qui amènent à la constitution de la Triple-Entente et de la Triple-Alliance, c’est finalement l’assassinat de François-Ferdinand qui entrainera le déclenchement de la guerre. Le conflit s’il est d’abord une guerre européenne, se mondialise rapidement. Avec près de 70 millions de combattants, c’est la première guerre de masse à dimension planétaire. Cette dernière sera marquée par trois phases, mais également par la désintégration de l’Empire russe, qui fera sortir le parti bolchévique de la guerre en mars 1918.