Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le monde durant la guerre froide (1947-1962)

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

​Introduction :

Lorsque l’Allemagne et le Japon capitulent en 1945, la question de la reconstruction de l’Europe et du monde se pose immédiatement. Le monde va voir s’affronter deux modèles politiques et économiques qui apportent chacun à leur manière leur vision du monde. Ces deux modèles sont d’un côté le libéralisme porté par les États-Unis et de l’autre côté le communisme, porté par l’URSS.

Très rapidement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, ces deux modèles vont alors s’opposer d’une façon un peu particulière puisqu’il n’y aura pas de conflit direct entre les États-Unis et l’URSS, mais seulement des conflits interposés. Cela veut dire que ce sont les alliés ou les colonies de chaque pays qui vont s’affronter, et c’est ce qu’on appelle « la guerre froide », c’est-à-dire une guerre indirecte. Cette guerre occupe toute la seconde moitié du XXe siècle.

Nous allons donc l’étudier en deux chapitres ; le premier concerne les années 1947 à 1962, et le second, la période allant de 1963 à 1989. Notre premier chapitre traitera donc de la création de l’ONU, étudiera la mise en place des deux blocs et enfin analysera les premières crises.

La création de l’ONU

Le bloc de l’Ouest, dominé par les États-Unis, se fonde sur la démocratie libérale qui protège les libertés individuelles et qui se caractérise par le capitalisme financier (système économique qui se base sur les entreprises privées et sur l’accumulation de capital). Le bloc de l’Est quant à lui se fonde sur un système communiste, dans lequel les libertés individuelles sont supprimées ainsi que les partis politiques.

bannière à retenir

À retenir

L’objectif du système communiste est d’établir par la force une société égalitaire, dans laquelle tout le monde possède le même niveau de richesse et d’éducation.

  • ​Le 26 juin 1945, 51 États signent une charte qui crée l’organisation des nations unies, ou ONU.

Cette organisation a pour objectif de :

  • maintenir et préserver la paix dans le monde en favorisant le dialogue et la diplomatie entre les pays, garantir le respect des droits de l’Homme;
  • favoriser également le progrès social et l’éducation dans le monde entier.

Son siège se situe à New York et symbolise l’espoir d’un monde nouveau. L’organe central de l’ONU est le Conseil de Sécurité, organisme chargé de surveiller les menaces et les conflits mondiaux. Ce conseil est composé de 15 membres dont 5 permanents. Ces derniers sont les pays vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale :

  • l’URSS ;
  • les États-Unis ;
  • la Chine ;
  • la France ;
  • le Royaume-Uni.

Chaque membre permanent possède un droit de veto. Ces pays ont le droit de s’opposer à une décision de l’ONU, qui est alors immédiatement bloquée. Ce droit de véto pose donc des limites pour le fonctionnement de l’ONU, d’autant plus qu’au sein du Conseil de Sécurité il y a les deux pays donc les idéologies s’opposent : les USA et l’URSS.

À part le Conseil de Sécurité, l’ONU est constituée :

  • d’une assemblée générale, qui vote des recommandations ;
  • d’un Secrétariat général, qui exécute les décisions de l’assemblée ;
  • du Conseil économique et social, qui organise la coopération internationale (l’Unesco ou l’Unicef sont par exemple des structures du Conseil) ;
  • d’une Cour internationale de Justice, qui juge les problèmes internationaux.

La constitution des deux blocs

La prise de contrôle de l’URSS en Europe de l’Est

Malgré le nouvel espoir porté par la création de l’ONU, les conflits n’ont pas cessé pour autant au XXe siècle. Dès la fin de la Seconde Guerre les États-Unis et l’URSS, qui s’étaient alliés pour lutter contre le nazisme, s’opposent pour imposer au monde leur idéologie.

Entre 1945 et 1947, c’est l’établissement d’un « rideau de fer », expression prononcée par Winston Churchill et qui désigne la séparation entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est. En effet, l’Europe centrale et orientale s’est trouvée dès la fin de la guerre sous le contrôle de l’armée soviétique, qui avait libéré ces territoires.

À la fin de la guerre, l’URSS place alors des membres du parti communiste dans les postes clés de ces pays et des démocraties populaires se mettent en place dès 1946, notamment en Bulgarie, en Pologne, en Roumanie, et en Tchécoslovaquie.

bannière attention

Attention

Lorsqu’on parle de démocratie populaire, c’est pour faire référence à un régime communiste.

La rupture de 1947

Pour stopper la progression communiste, le président américain Harry Truman propose en 1947 à l’Europe un plan d’aide économique et social, le « plan Marshall », qui a deux objectifs :

  • prêter de l’argent à l’Europe de l’ouest afin qu’elle se reconstruise ;
  • endiguer, c’est-à-dire mettre un frein, à l’avancée communiste.

Dix-sept pays acceptent cette offre. Ces pays vont alors s’organiser afin de gérer les fonds provenant des États-Unis et forment la première institution européenne : l’OECE, Organisation européenne de coopération économique.

  • L’Europe naît donc en 1947, dans ce contexte de lutte entre le communisme et le libéralisme.

Les pays de l’Est, sous influence communiste, refusent ce plan et répliquent en octobre 1947 par la doctrine Jdanov, qui s’oppose à l’impérialisme des États-Unis et qui souhaite aider les pays dans le progrès social. Pour cela, l’URSS décide de soutenir tous les mouvements révolutionnaires dans le monde. Le bloc de l’Est s’organise alors en CAEM,Conseil d’assistance économique mutuelle.

L’Allemagne, au cœur des conflits

  • En 1945, l’Allemagne avait été divisée en quatre zones d’occupation : États-Unis, Grande-Bretagne, France et URSS se partagaient le pays. Berlin, la capitale, avait également été divisée en quatre secteurs.
  • En 1948, les Occidentaux décident d’unifier les trois zones d’occupation afin de créer un seul État Ouest allemand. Les Soviétiques décident alors de répliquer en créant un blocus de Berlin-Ouest (juin 1948-mai 1949).
bannière definition

Définition

Blocus de Berlin  :

Ce blocus consiste à couper les voies de communications terrestres, ferroviaires et fluviales entre Berlin-Ouest et l’Allemagne de l’Ouest. Cela signifie que les Soviétiques ne permettent plus aux occidentaux d’accéder à la partie occidentale de Berlin.

Pour ravitailler la population de Berlin-Ouest, les Occidentaux créent alors un pont aérien, c’est-à-dire qu’ils envoient des aliments par avion. Devant l’échec du blocus, Staline met un terme à l’opération en mai 1949.

  • La conséquence au niveau politique du blocus de Berlin est immense, puisqu’il s’agit de la création de deux Allemagnes : la RFA et la RDA.
bannière à retenir

À retenir

La RFA, ou République Fédérale Allemande, correspond aux zones occidentales et la RDA, République Démocratique Allemande, correspond à la zone soviétique.

Il faut noter toutefois que l’échec des Soviétiques lors du blocus de Berlin ne donne pas pour autant l’avantage au bloc occidental puisque dès 1949, la Chine, qui devient communiste, rejoint le bloc soviétique et un nouvel équilibre se crée alors : l’URSS et la Chine s’opposent aux États-Unis et à l’Europe occidentale, qui est en train de s’unifier.

La construction européenne

L’OECE est la première organisation européenne destinée à gérer les fonds des États-Unis. En 1948, l’Europe de l’ouest continue de se construire militairement, par la création de l’OTAN, (Organisation du traité de l’Atlantique Nord), qui est une alliance militaire des pays occidentaux.

  • En réponse à l’OTAN, l’URSS crée également une association militaire : le Pacte de Varsovie en 1955.
  • En 1957, les pays de l’Europe occidentale signent le traité de Rome, qui symbolise la création de la CEE, la Communauté Economique Européenne (que l’on appelle maintenant l’UE).

C’est « l’Europe des 6 », constituée de :

  • la France ;
  • l’Allemagne de l’Ouest ;
  • la Belgique ;
  • l’Italie ;
  • le Luxembourg ;
  • les Pays-Bas.

Cette Europe est donc basée sur l’idée d’une réconciliation franco-allemande, un peu plus de dix ans après la fin de la Seconde Guerre.

Des périodes de tensions

Lorsqu Staline meurt en 1953, les tensions s’apaisent entre les deux blocs. Elles reprendront cependant dès les années 1960 à cause de deux raisons : la construction du mur de Berlin et la crise des fusées de Cuba.

Création du mur de Berlin

Au début des années 1950, les Berlinois de l’Est s’exilent de manière massive vers la partie occidentale de Berlin, en particulier les intellectuels et les scientifiques. Khrouchtchev, le successeur de Staline, décide alors de construire un mur en 1961 pour séparer les deux parties de la ville et empêcher les passages vers l’Ouest. Très rapidement, les familles se retrouvent séparées sans aucune possibilité de se retrouver.

  • Le mur de Berlin, long de 155 km, devient alors le symbole de la guerre froide.

Crise de Cuba

L’URSS est prête à aider tous les mouvements révolutionnaires du monde entier.

Très loin de la Russie, à Cuba, Fidel Castro a pris le pouvoir en 1959 et installé un modèle communiste. Mais les Américains soupçonnent les Russes d’aider les communistes cubains à installer des missiles nucléaires sur l’ile de Cuba, en direction de la Floride. Le présidentKennedy organise alors une réunion d’urgence avec Khrouchtchev en 1962. Celui-ci est finalement d’accord pour retirer les missiles, à la condition cependant que les USA n’envahissent pas Cuba et laissent en place le modèle communiste.

  • La crise des missiles a failli faire démarrer une troisième guerre mondiale.

Conclusion :

Malgré la création de l’ONU en 1945 et l’espoir d’un monde pacifiste, c’est un conflit d’un type nouveau qui débute dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les États-Unis et l’URSS vont s’affronter de manière indirecte et vont conduire le monde dans un phénomène de bipolarisation. Ce conflit donne naissance à l’Union Européenne, qui va s’unir et s’allier politiquement et militairement afin de s’aligner sur les États-Unis et s’opposer au communisme. La construction du mur de Berlin et la crise des fusées de Cuba en 1962 constituent un tournant dans l’histoire de la guerre froide. Une nouvelle période s’ouvre alors, faite de moments de tensions et de moments de détente.