Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

1945-1991, un espace entre guerre froide et logique interne

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/2
0 / 10
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

L’après Seconde Guerre mondiale

  • Pendant la guerre, la région est le théâtre d’affrontements majeurs car elle est d’une importance géostratégique primordiale. En effet, elle constitue un carrefour entre l’Europe et l’Asie et possède d’importantes ressources naturelles, en particulier le pétrole.
  • La volonté d’indépendance des États sous mandats l’emporte et la Syrie et le Liban obtiennent la fin des mandats européens. La présence européenne est donc diminuée dans la région et son influence décroit. Les pays arabes se regroupent dans la Ligue Arabe en 1945. La même année, l’ONU est chargée de gérer et de définir l’avenir de la région. Le principal problème de la région est la Palestine, car après la guerre, des milliers de juifs rescapés arrivent massivement dans le pays.
  • 1947 : pour remédier à la situation, l’ONU décide d’un plan de partage de la Palestine entre un État juif et un État arabe. Jérusalem devient capitale internationale, administrée par l’ONU. Ce découpage ne verra jamais le jour et le plan est refusé par les Arabes.
  • Suite au départ des Britanniques, Israël proclame son indépendance le 14 mai 1948. En réaction, les États arabes voisins du nouveau pays l’envahissent.
  • C’est le début de la première guerre israélo-arabe de 1948-1949.
  • Israël sort rapidement vainqueur et prend le contrôle de 78 % du territoire palestinien (le reste est administré par l’Égypte et la Jordanie). La région voit alors un afflux massif de juifs dans le nouvel État d’Israël, doublé d’un départ massif de palestiniens. C’est la Nakba, qui voit l’exode de plus de 700 000 arabes.
  • Après cette première guerre, l’État arabe de Palestine a disparu, annexé par les pays voisins.

Le Proche et Moyen-Orient pendant la guerre froide

  • Le territoire devient un enjeu dans la guerre froide entre pays occidentaux et soviétiques. Les Nord-Américains mettent en place un système d’alliance pour contrer l’influence soviétique dans cette région. Ils fomentent avec les Anglais un coup d’État en Iran pour renverser le gouvernement en place. Mossadegh est arrêté et les Nord-Américains donnent un pouvoir total au Sha Reza Pahlavi, pro-occidental, et l’Iran devient l’allié des Nord-Américains jusqu’en 1979.
  • En parallèle, montée du panarabisme sous le président Nasser (Égypte), qui nationalise le canal de Suez en 1956. Pour défendre leurs intérêts, Français, Britanniques et Israéliens interviennent militairement pour « libérer » le canal. L’opération militaire réussit, mais le contexte américano soviétique oblige les européens à se retirer. Le prestige de Nasser est à son zénith. C’est le recul des Européens dans cette région, au profit des Américains et des Soviétiques.
  • 1967 : les États arabes commencent à masser des troupes aux frontières d’Israël. Déclenchement de la Guerre des Six Jours. Tsahal, l’armée Israélienne, défait les Egyptiens et conforte un peu plus sa domination sur la région.
  • L’Égypte est bientôt au cœur d’une nouvelle guerre, suite à son offensive contre Israël en 1973. C’est la guerre du Kippour (qui est aussi un enjeu pétrolier), avec une nouvelle victoire d’Israël et de son allié américain. Ce conflit renforce l’anti-américanisme présent dans la région.
  • 1973 : premier choc pétrolier, suivi d’un second en 1979 suite à la révolution iranienne qui renverse le Sha et instaure un gouvernement islamiste. Les États-Unis bloquent toutes les résolutions de l’ONU. L’OLP menée par Yasser Arafat s’engage dans des actions terroristes visant Israël.
  • Septembre 1978 : l’Égypte et Israël, avec l’intervention des Américains, signent un accord de paix : les accords de Camp David. Le président Égyptien Anouar El Sadate le paya de sa vie en étant assassiné en 1981.
  • À partir de la fin des années 70, de nombreux conflits échappent à la logique de guerre froide, comme la guerre civile libanaise (1975-1990), ou la guerre Iran/Iraq (1980-1988) qui fait entre 800 000 et 1,2 million de victimes.
  • Le conflit en Afghanistan (1979-1988) s’inscrit lui dans le cadre de la guerre froide.