Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

Convaincre et persuader

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

Une argumentation contient toujours au moins deux éléments : une thèse à défendre, et des arguments exposés. La thèse est une idée énoncée sous forme d’affirmation. L’auteur la considère comme une opinion vraie, à laquelle il cherche à rallier son lecteur ou son auditoire. Les arguments sont des éléments de raisonnement utilisés comme preuves ou comme justifications des propos avancés. Ils sont les raisons que l’auteur expose afin de susciter l’adhésion de son lecteur ou de son auditoire, et qu’il complète souvent par des exemples. Lorsque l’auteur fait appel à la raison, la logique et l’intelligence de son lecteur, l’objectif de son texte est de convaincre. Mais il est également possible d’agir sur le lecteur en faisant appel à ses émotions et à ses sentiments. L’objectif du texte est dans ce cas de persuader.

Convaincre et persuader sont les deux principales intentions de la littérature argumentative. Il existe une grande variété de textes et de discours à caractère argumentatif. Le plaidoyer d’un avocat en fait par exemple partie puisqu’il cherche, à travers la parole, à convaincre ou à persuader de l’innocence de son client. Des genres existent dont le but unique et explicite est de convaincre. L’essai philosophique et l’essai politique en sont des exemples. Mais un poème ou une tirade de théâtre peuvent également contenir une argumentation.

Ainsi, les personnages des Fables de La Fontaine ou des pièces de Molière défendent souvent des points de vue et exposent leurs arguments sur des sujets variés. Dans la première partie de ce cours, nous présenterons les différents genres pouvant appartenir à la littérature argumentative. La seconde partie abordera les techniques rhétoriques de cette littérature argumentative, c’est-à-dire les moyens et procédés utilisés pour convaincre ou persuader.

Les genres de l’argumentation

Un écrivain peut utiliser la plupart des genres littéraires pour exprimer ses opinions et formuler des idées, que ce soit pour critiquer la société, faire un éloge ou s’opposer aux thèses d’un auteur. Tout d’abord, les genres de l’argumentation directe doivent être distingués de ceux de l’argumentation indirecte.

bannière definition

Définition

Argumentation directe :

L’auteur parle explicitement en son nom, sans utiliser d’intermédiaire. Il ne passe pas par une histoire ou un personnage.

L’argumentation directe comprend des genres tels que la lettre ouverte, le manifeste, le traité ou l’essai.

bannière definition

Définition

Lettre ouverte :

Elle se présente comme un texte adressé à un destinataire particulier, mais qui est en réalité destiné à être lu par un public plus large.

Ainsi, Rousseau publie en 1758 sa Lettre à d’Alembert sur les spectacles, dans laquelle il défend la ville de Genève, critiquée dans l’Encyclopédie en raison de l’interdiction de toute représentation théâtrale dans cette cité suisse. Rousseau s’adresse bien à d’Alembert, l’auteur de la critique, mais il expose en même temps à tout le public lettré son point de vue sur le genre théâtral, qui selon lui a un effet négatif sur les mœurs.

bannière definition

Définition

Manifeste :

Le manifeste est rédigé par un ou plusieurs auteurs, au nom d’une école ou d’un mouvement artistique. C’est un discours polémique, c’est-à-dire une critique, parfois vive, de ce qui est admis par la tradition. Le but du manifeste est de renouveler entièrement les règles et la pratique d’un art ou d’une discipline.

Défense et illustration de la langue française de du Bellay en 1549, ou Manifeste du surréalisme d’André Breton en 1924, appartiennent à ce genre, qui a traversé les âges.

bannière definition

Définition

Traité :

Ce dernier est rédigé par un spécialiste du domaine, et s’adresse généralement à un public restreint de connaisseurs.

Par exemple, dans De l’Esprit des lois publié en 1748, Montesquieu aborde, en sa qualité de juriste, des questions politiques et sociales de façon précise et rigoureuse. Le traité doit être distingué de l’essai, car le traité fait appel uniquement à la logique en présentant une pensée achevée.

bannière definition

Définition

Essai :

Il s’adresse à un public plus large et traite de questions générales, en évitant de recourir à des termes trop techniques.

Montaigne est l’inventeur mais aussi la figure emblématique du genre de l’essai. Dans ses Essais, il utilise l’argumentation logique pour convaincre, et la séduction par les mots pour persuader. Les pensées de Montaigne ne se présentent pas comme des vérités figées pour toujours. Au contraire, il nous invite à partager sa réflexion en même temps qu’elle se cherche et se construit.

bannière definition

Définition

Argumentation indirecte :

L’argumentation indirecte consiste pour un auteur à transmettre sa pensée par l’intermédiaire d’une fiction, à travers un narrateur et des personnages à qui il fait jouer le rôle de porte-parole.

Ce procédé permet à l’auteur d’éviter la censure, mais également de s’assurer l’adhésion du lecteur, grâce à un récit distrayant. Les deux principaux genres de l’argumentation indirecte sont la fable et le conte philosophique.

bannière definition

Définition

Fable :

La fable est un bref récit en vers ou en prose, dont le but est de transmettre une morale.

L’exemple le plus connu est évidemment celui des Fables de La Fontaine.

bannière definition

Définition

Conte philosophique :

Il s’agit d’un texte narratif en prose, qui fait intervenir des éléments invraisemblables voire merveilleux, comme dans le conte de fée. Son objectif est de faire réfléchir le lecteur sur des questions morales, sociales et politiques.

Les contes philosophiques de Voltaire en sont probablement les œuvres les plus représentatives.

Les techniques de l’argumentation

Que leur objectif soit de convaincre ou de persuader, tous les genres que nous avons évoqués doivent utiliser des techniques, des procédés stylistiques et des modes d’exposition qui leur permettent d’être les plus efficaces possible. Ces techniques définissent ce que l’on appelle la rhétorique, ou l’art du discours. À l’origine, dans les cités antiques grecques et romaines, la rhétorique est liée à la vie publique. L’art de bien parler devait être maîtrisé par l’orateur qui intervenait sur l’agora à Athènes ou sur le forum romain. C’est donc à cette époque qu’ont été définis les grands principes de l’argumentation, écrite comme orale.

L’ouvrage qui a eu le plus d’influence est la Rhétorique d’Aristote, un philosophe du VIe siècle avant J.-C. Cette œuvre délimite pour la première fois les trois genres de l’éloquence. Ils sont définis à partir des trois objectifs que peuvent viser les différents types de discours. Il faut ainsi distinguer le discours judiciaire, le discours délibératif, et le discours épidictique.

bannière definition

Définition

Discours judiciaire :

Il a pour but d’accuser ou de défendre.

Les lettres de reproches ou d’excuses, les plaidoyers qui prennent le parti d’un accusé, ou les réquisitoires qui condamnent une attitude appartiennent au discours judiciaire. Pour défendre Jean Calas, injustement accusé du meurtre de son fils, Voltaire publie des textes qui visent à convaincre la population de son innocence. Son argumentation relève du discours judiciaire.

bannière definition

Définition

Discours délibératif :

Le discours délibératif, pour sa part, conseille ou déconseille en examinant les choix possibles.

Le genre délibératif est celui des assemblées, où des décisions sont prises selon les règles démocratiques. Dans les nombreux textes que Victor Hugo a écrit contre la peine de mort, comme par exemple la préface du Dernier jour d’un condamné, il examine et pèse les différents arguments relatifs à cette question. Il mobilise donc les ressources et l’efficacité du discours délibératif.

bannière definition

Définition

Discours épidictique :

Il a pour but de louer ou de blâmer.

Son sujet est souvent une personne qui fait l’objet d’éloges ou de critiques. Le discours épidictique vise à mettre en valeur le bien ou le mal attachés à une idée, une conduite, une personnalité. Bossuet a écrit et prononcé de nombreuses oraisons funèbres lors des funérailles d’illustres personnages de son époque. Il est considéré comme l’un des maîtres du discours épidictique.

Parallèlement à ces trois genres de l’éloquence, la rhétorique antique a déterminé cinq étapes dans la composition d’une argumentation. Aussi appelées les règles de l’élaboration du discours, elles sont l’invention, la disposition, l’élocution, la mémoire et l’action. Ces mots étant la transposition directe de mots latins, leur sens ne correspond pas toujours à celui qu’on leur donne couramment en français. Nous utiliserons donc les cinq termes latins, comme le font encore certains manuels.

bannière definition

Définition

Inventio :

L’inventio est la première étape de l’élaboration du discours. Elle consiste à rechercher les idées et les arguments.

C’est une sorte de « brouillon » désordonné, qui permet de chercher la matière du discours.

bannière definition

Définition

Dispositio :

Il s’agit de l’art d’ordonner les arguments selon un plan.

Il existe des plans types, mais l’auteur a toujours une marge de liberté pour agencer son argumentation. Le but recherché est l’efficacité du discours, sa capacité à convaincre ou à persuader. Cette étape comporte quatre parties, qui peuvent d’ailleurs inspirer la composition de travaux écrits :

  • la première partie de la dispositio est l’exorde, destiné à capter l’attention en présentant clairement le sujet ;
  • ensuite, la narration est l’exposé des faits concernant le sujet traité ;
  • la récapitulation reprend ensuite les éléments principaux afin de présenter un tableau d’ensemble des arguments utilisés ;
  • enfin, la péroraison fait appel à l’émotion en revêtant un caractère pathétique. Elle représente le couronnement du discours, qui doit frapper les esprits.

La troisième règle de l’élaboration du discours est l’elocutio. Elle ne doit pas être confondue avec le terme français d’« élocution », qui ne s’applique qu’à l’oral.

bannière definition

Définition

Elocutio :

L’elocutio désigne l’ensemble des techniques relatives à l’écriture du discours, à la recherche du style adéquat et des ornements, c’est-à-dire des procédés esthétiques.

Elle concerne tout ce qui tend à produire la beauté ou le caractère agréable du texte, et ainsi à le rendre plus persuasif.

bannière definition

Définition

Memoria :

Elle désigne l’ensemble des moyens utilisés pour favoriser la mémorisation du discours.

Cette partie n’est liée qu’à l’expression orale du texte argumentatif. Pour convaincre, celui-ci doit être prononcé par cœur et donner un sentiment d’improvisation. Quintilien, le grand rhéteur de la Rome antique, affirmait qu’un homme dépourvu de mémoire devait abandonner l’idée de faire de la politique.

bannière definition

Définition

Actio :

L’actio ne concerne que la réalisation orale des discours. Elle correspond à l’ensemble des techniques qui permettent l’usage le plus efficace de la voix, des gestes et du corps. Autrement dit, l’actio est l’art de « faire passer » un discours auprès du public.

Cet art s’apparente à une véritable performance de comédien, et l’orateur doit en quelque sorte assurer un spectacle. La réussite d’un discours, qui touchera ou non le public, peut donc dépendre de l’actio.

Conclusion :

Pour réussir une argumentation et pour que le lecteur adopte son avis, l’auteur a à sa disposition un grand nombre de genres littéraires. Qu’il veuille convaincre ou qu’il cherche à persuader, l’écrivain devra soigner autant le fond, c’est-à-dire le contenu de son texte, que la forme, c’est-à-dire la façon d’exprimer le message qu’il veut faire passer. Pour ce faire, l’écrivain pourra puiser dans les principes de la rhétorique, cet art du discours inventé par les grands orateurs de l’Antiquité, et toujours d’actualité si nous souhaitons conférer une certaine efficacité à nos paroles.