Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Les valeurs des Lumières

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Introduction :

La philosophie des Lumières se propage en Europe pendant le XVIIIe siècle. Elle dessine une certaine conception de l’Homme qui repose sur la capacité à penser par soi-même et à se dégager des ténèbres de l’ignorance. Cette dernière découle de croyances et de systèmes de pensée éculés qu’il s’agit de combattre. Les écrivains et penseurs des Lumières, guidés par la raison et l’esprit critique, se font les défenseurs de valeurs nouvelles qui remettent en question la société dans laquelle ils vivent et conduisent à sa transformation.

Nous préciserons d’abord le sens du mot « Lumières » et replacerons ce concept dans son contexte historique ; puis nous définirons les valeurs prônées par les acteur·rice·s des Lumières et montrerons en quoi elles constituent une remise en question de la société du XVIIIe siècle. Enfin, nous étudierons plus précisément Montesquieu et son inscription dans ce mouvement.

Les Lumières et leur contexte historique en France

Pourquoi « les Lumières » ?

Des philosophes comme Descartes distinguent lumière naturelle et lumière surnaturelle :

  • la lumière surnaturelle (ou divine) est ce qui illumine l'âme, la vérité qui émane de Dieu et amène la foi ;
  • la lumière naturelle est, par opposition, humaine et propre à la raison. C’est elle qui dévoile à l’Homme la vérité sans qu’une intervention divine soit nécessaire.
  • C’est ce second sens qui est employé en relation avec la pensée du XVIIIe siècle.

En 1784, dans son essai Réponse à la question : qu'est-ce que les Lumières ? (Aufklärung) Emmanuel Kant donne cette définition :

Alt texte Emmanuel Kant, Johann Gottlieb Becker, 1768, huile sur toile, Schiller-Nationalmuseum, Stuttgart

« L’Aufklärung, c’est la sortie de l’Homme hors de l’état de minorité dont il est lui-même responsable. L’état de minorité est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. On est soi-même responsable de cet état de minorité quand la cause tient non pas à une insuffisance de l’entendement mais à une insuffisance de la résolution et du courage de s’en servir sans la conduite d’un autre. Sapere aude ! [Ose savoir !] Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise de l’ Aufklärung. »

  • Dès lors, l’expression « Ose savoir » ou « Ose penser », devise à portée universelle, est à comprendre comme une invitation à faire confiance à son intelligence personnelle, non pas en dépit ou au détriment de l’intelligence de l’autre, mais en complément.

On peut s’interroger sur l’emploi du pluriel : pourquoi « les Lumières » et non pas seulement « la Lumière » ? Il est possible que l’expression « avoir des lumières » (connaissances possédées sur un sujet donné) ait amené ce pluriel. Il prend en compte le relativisme prôné par les philosophes qui proclament qu’il n’y a pas toujours qu’une vérité mais une pluralité de vérités.
On explique aussi ce pluriel par une métonymie : désignant d’abord la raison, le mot aurait fini par englober ceux qui en faisaient usage : les philosophes et penseurs.

Le contexte historique français

bannière rappel

Rappel

Le XVIIe siècle fut le siècle de Louis XIV et de l’absolutisme ; on date généralement le début du XVIIIe siècle à la mort de ce monarque en 1715. Le pouvoir se libéralise pour un temps avec l’accession au trône du régent Philippe d’Orléans (1715-1723).

lecture salon littéraire Molière Lecture dans un salon dit La Lecture de Molière, Jean François de Troy, vers 1728, peinture sur toile, 74 × 93 cm, collection particulière

C’est dans les salons tenus par des femmes (Mesdames Geoffrin, de Lambert, de Tencin, du Deffand) que s’exprime alors l’esprit nouveau. Ces salons attirent à la fois des savant·e·s, des lettré·e·s et des gens de cour. L’art de la conversation et du raisonnement y est poussé à son plus haut degré et, paradoxalement, certains hommes de pouvoir sont amenés à y goûter et à alimenter des idées qui, à terme, les condamnent.

Mais leurs idées préexistent aux salons. Les progrès scientifiques leur offrent un terreau fertile : le développement de l’astronomie, l’évolution des instruments de recherche, la découverte de la loi de la gravitation par Newton en 1687, le calcul des méridiens terrestres entre autres découvertes, révolutionnent le monde de la pensée.

bannière à retenir

À retenir

La science se substitue à la religion pour expliquer les phénomènes naturels.

Instruments d’optique, Dom Noel, XVIII Instruments d’optique, Dom Noel, XVIIIe siècle

L’examen critique des textes sacrés commencé au XVIe siècle se poursuit : le philosophe néerlandais Spinoza (1632-1677) pointe les contradictions de ces textes. Il s’agit, en toutes disciplines, de renoncer au principe d’autorité.

bannière definition

Définition

Principe d’autorité :

Le principe d’autorité (ou argument d’autorité) consiste à invoquer dans une argumentation une autorité (savant ancien, sommité intellectuelle, tradition) pour justifier une opinion ou une action.
C’est alors moins l’argument en soi qui est pris en compte que la source dont il émane.

L’esprit nouveau se caractérise par son exigence critique : ses instruments sont l’observation, l’analyse et l’expérimentation ; son guide est la raison.

Encyclopédie Diderot d’Alembert Version de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert conservée dans les fonds anciens du lycée Montesquieu du Mans, ancien collège des Oratoriens ©LeMans

Encyclopédie Diderot d’Alembert planche lutherie arts et métiers Planche sur la lutherie extraite de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1767, Paris

Cette encyclopédie dirigée par Diderot et d’Alembert est composée de 1717 volumes de textes et 1111 volumes de planches. Édité de 1751 à 1772, cet ouvrage collectif a pour vocation de présenter une synthèse de toutes les connaissances du temps, classées et hiérarchisées.
Son frontispice est une allégorie mettant en scène les valeurs des Lumières.

Les valeurs des Lumières

Le frontispice de l’encyclopédie

bannière definition

Définition

Frontispice :

Un frontispice est le titre principal d’un ouvrage auquel est jointe une illustration.

Frontispice Encyclopédie Benoît Louis Prévost Frontispice de l’Encyclopédie par Benoît Louis Prévost, 1764

Il s’agit d’une gravure de Bonaventure-Louis Prévost (1772). Le cadre dans lequel la scène est représentée, et les personnages allégoriques qui l’habitent, révèlent deux grandes valeurs des Lumières dont les autres découlent :

  • la connaissance rationnelle ;
  • et la laïcité.

La scène, par la disposition des personnages, fait d’abord songer à une fresque religieuse représentant l’ascension.

bannière rappel

Rappel

L’ascension est la dernière rencontre du Christ avec les apôtres après sa résurrection et son élévation au ciel.

ascension Christ icone religion L’Ascension du Christ, Giotto di Bondone, entre 1304 et 1306, fresque, 200 × 185 cm, Chapelle de Scrovegni

Selon les codes de ces représentations, le Christ occupe le haut du tableau ; il est encadré par un groupe de personnages (anges, archanges) et surplombe des hommes d’Église.

Frontispice Encyclopédie Diderot d’Alembert Frontispice de l’Encyclopédie par Benoît Louis Prévost, 1764

  • Le frontispice de l’Encyclopédie détourne ces codes : la scène ne se passe pas au ciel mais dans un bâtiment dont l’architecture évoque un temple grec ; or, les Grecs étaient païens.
  • De plus, les personnages appartenant normalement au monde sacré ou religieux sont ici remplacés par des allégories représentant le savoir rationnel : sciences dures (chimie, optique etc.) et sciences humaines (histoire, poésie etc.).
  • Les arts ont aussi leur place dans cet univers (musique, architecture etc.).
bannière à retenir

À retenir

La théologie y est soumise à la philosophie. En effet, la philosophie des Lumières se veut essentiellement laïque, même si les philosophes restent imprégnés de références bibliques transmises par l’éducation traditionnelle de l’époque.

  • Ils luttent par conséquent contre la superstition.
bannière definition

Définition

Superstition :

Croyance religieuse irrationnelle en l'influence ou au pouvoir de certaines choses, en la valeur heureuse ou funeste de certains signes.
Par exemple, ne pas marcher sous une échelle parce que cela porte malheur est une superstition.

bannière à retenir

À retenir

L’abondance des connaissances n’est pas vécue comme un obstacle à l’épanouissement de l’Homme. Les penseurs souhaitent tout connaître, ni plus ni moins, et visent un idéal de bonheur, accessible à tous, par le savoir.

Débarrassée de la religion et de la superstition, la philosophie des Lumières a pour objet l’Homme et sa place dans le monde.

L’Homme dans le monde

La société fondamentalement inégalitaire de l’Ancien Régime est alors dénoncée. Les philosophes s’interrogent sur l’origine du pouvoir et sur les formes possibles de constitution civile.

  • Au droit divin qui met les rois en place succède le droit naturel : il conduit à la tolérance, il exprime la liberté de tout être.
bannière definition

Définition

Droit naturel :

Le droit naturel est l'ensemble des droits que tous les humains, abstraction faite de leur origine, sexe, nationalité etc. possèdent en raison de leur appartenance commune au genre humain.

La figure du roi doit céder la place à celle du despote éclairé, dirigeant empreint des valeurs des Lumières et devant mener son peuple à l’égalité, au savoir et à la liberté.
Voltaire en voyait un modèle dans Frédéric II de Prusse, et Diderot dans Catherine II de Russie.

bannière rappel

Rappel

De telles valeurs (raison, laïcité, tolérance, liberté, savoir) sont l’opposé de celles sur lesquelles repose la société française jusqu’à la révolution de 1789.

Montesquieu, homme des Lumières, représente et exprime ces valeurs.

Montesquieu, homme des Lumières

Informations biographiques

Charles Secondat de Montesquieu Lumières XVIII Portrait de Charles de Secondat, baron de Montesquieu, Jacques-Antoine Dassier, 1753, 53 × 62, palais de Versailles

Charles-Louis de Secondat, baron de Montesquieu (1689-1755), est un aristocrate bordelais issu d’une grande famille de parlementaires. Il fait des études de droit et découvre à Paris les cercles de lettrés qui attirent savants et voyageurs. En 1716, son oncle lui lègue sa charge de président au parlement (cour de justice) de Bordeaux.

Bien qu’il soit un homme de tradition, il rédige en qualité de membre de l’Académie des sciences de Bordeaux des traités sur l’histoire, la politique, l’économie, les sciences qui témoignent de son indépendance d’esprit et de sa liberté de penser.

De 1728 à 1731, Montesquieu voyage en Europe : Hongrie, Italie, Hollande, Angleterre où il s’installe pendant un an et demi. Il se livre alors à une étude comparative des systèmes politiques de ces différents pays et de leurs coutumes. Après ses voyages, retiré dans son château de la Brède (près de Bordeaux), il étudie l’histoire et publie en 1734 un essai : Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence.

bannière à retenir

À retenir

Dans l’histoire de la pensée, Montesquieu représente une transition entre l’âge classique et l’esprit nouveau. Tout en étant conservateur, il embrasse les valeurs et les revendications des Lumières.

  • Il est un précurseur des philosophes de ce temps.

Ses deux œuvres majeures relèvent de deux genres différents.

Deux grandes œuvres de Montesquieu

La première œuvre de Montesquieu qui marque l’histoire de la pensée est un essai : De l’esprit des lois publié en 1748 à Genève après vingt ans de travail.

bannière astuce

Astuce

De nombreuses publications de cette époque sont faites à Genève. Il s’agit d’éviter la censure française en imprimant dans un pays voisin.

bannière à retenir

À retenir

De l’esprit des lois fait de Montesquieu le précurseur des sciences politiques.

Dans cet ouvrage, il s’interroge sur la notion de loi et la genèse des lois : quelles causes ont engendré telle législation ? Quels rapports existent entre les lois, les types de gouvernement et la nature des pays (climat, religion, commerce…) ?
Montesquieu raisonne à partir des situations qu’il a lui-même constatées lors de ses voyages et non de ses « préjugés », procédant ainsi selon les méthodes de l’esprit nouveau.

bannière à retenir

À retenir

Sa pensée est révolutionnaire dans la mesure où il conçoit la monarchie comme un régime parmi d’autres et la religion comme un phénomène au même titre que le climat et les coutumes.

Le despotisme y est condamné, et l’idée de « vertu politique » développée :

« On peut définir cette vertu, l’amour des lois et de la patrie. Cet amour, demandant une préférence continuelle de l’intérêt public au sien propre, donne toutes les vertus particulières ; elles ne sont que cette préférence. Cet amour est singulièrement affecté aux démocraties. Dans elles seules, le gouvernement est confié à chaque citoyen. Or, le gouvernement est comme toutes les choses du monde : pour le conserver, il faut l’aimer. »

De l’esprit des lois, IV, 5, Montesquieu

  • L’essai, jugé trop novateur, fut censuré et condamné.

Une autre œuvre de Montesquieu a marqué la littérature du XVIIIe siècle : les Lettres persanes  (1721), un roman épistolaire.
Les Lettres persanes est une œuvre qui illustre très pertinemment les valeurs des Lumières. En racontant le voyage à Paris de Usbek et Rica, deux Persans, Montesquieu livre un récit par lettres qui invite à l’ouverture d’esprit et à la curiosité pour les autres cultures. L’éloge de la liberté et de la raison est au centre d’un roman qui cherche les conditions de la réalisation d’un idéal de justice et de bonheur.

L’œuvre littéraire de Montesquieu traduit le projet de militer pour les idées nouvelles en multipliant et en diversifiant les formes de la polémique et de la satire ; la littérature de combat se fait contes philosophiques (Voltaire), dictionnaires (l’Encyclopédie), essais (Montesquieu, Rousseau), romans (Montesquieu), pamphlets, lettres…

Conclusion :

Les valeurs des Lumières ont été transmises par les philosophes du XVIIIe siècle à travers diverses formes et divers genres de textes. L’esprit nouveau conteste la société d’Ancien Régime et la révolution de 1789 se fera l’écho de ces revendications.
Montesquieu, un précurseur de cet esprit nouveau, ne connut pas cet épisode de l’histoire ; mais sa réflexion, prolongée par celle des autres grands philosophes du siècle, y contribua sans conteste.