Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Le monde moderne, source d’inspiration poétique

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

0/3
0 / 15
Challenge tes acquis !
Remporte un max d’étoiles
et de school coins !
`

Introduction :

Au XIXe siècle, l’Europe occidentale se voit transformée par des changements industriels, technologiques, sociaux, et démographiques sans précédent. Témoins de ces bouleversements, les poètes de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle portent peu à peu leurs regards sur tout ce qui a trait à cette « modernité » naissante.
Cette période est propice à un renouveau de la création poétique, caractérisé par une libération des formes traditionnelles.

Nous nous demanderons comment le monde moderne est devenu une source d’inspiration, et dans quelle mesure ce nouvel élan a été à l’origine de nouvelles formes de poésie.
D’abord, nous présenterons le contexte historique dans lequel a émergé la modernité poétique, ensuite nous expliquerons comment la dynamique créative de cette période s’est affranchie des codes pour explorer plus librement le monde qui l’entoure. Enfin, nous analyserons le poème « Zone » dans lequel Apollinaire fait l’éloge de la modernité tout en affirmant une nouvelle esthétique et un nouveau rapport du poète au monde.

Émergence de la modernité poétique

Les bouleversements politiques et technologiques de la société sont à l’origine de l’émergence de nouveaux centres d’intérêts artistiques dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle. De ces nouveaux sujets découle une nouvelle approche du genre.

Un monde moderne en pleine ébullition

Pissaro Montmartre éclaiage public Boulevard Montmartre, effet de nuit, Camille Pissaro, 1898, huile sur toile, 55 × 65 cm, National Gallery, Londres

Le XIXe siècle est caractérisé par des mutations technologiques (le développement ferroviaire et automobile), industrielles (l’essor des usines), et démographiques (l’augmentation de la population et une urbanisation très forte).
Et, en dépit des fortes tensions sociales qui découlent de cette industrialisation, les villes se font l’espace d’expression de cette modernité fascinante. Comme en témoignent l’installation de l’éclairage public, l’arrivée de la publicité, ou encore des automobiles.

publicité belle époque électricité ménages équipés Publicité pour l’Électricine, Lucien Lefèvre, 1897

bannière à retenir

À retenir

Marquée par l’optimisme, l’intensité de la vie culturelle et la certitude du progrès, Paris est au cœur de cette Europe de la Belle Époque.

bannière rappel

Rappel

La « Belle Époque » désigne (principalement en France et en Belgique) une période s'étendant de la fin du XIXe siècle au début de la Première Guerre mondiale. Elle est notamment marquée par d’importants progrès sociaux, politiques, technologiques et économiques. Sublimée par l’électricité, Paris « Ville Lumière » devient la scène urbaine littéraire par excellence.

Ces transformations poussent les poètes à réinterroger le rapport de l’Homme à ce nouveau monde en pleine ébullition.

Naissance de la modernité poétique

Dans le sillon des remises en cause thématiques et formelles engagées par le romantisme, les poètes de cette époque vont poursuivre l’exploration des possibilités offertes par le langage.

bannière à retenir

À retenir

Les poètes vont rechercher un langage capable de rendre compte de la complexité de leurs sensations face aux mystères de ce nouveau monde : c’est la naissance de la modernité poétique.

Constantin Guys ville poésie Baudelaire Vanité, Constantin Guys, vers 1875-1885, dessin sur papier

La poésie du monde moderne a d’abord été celle de Charles Baudelaire. Inspiré par le travail du dessinateur Constantin Guys, il est l’un des premiers à avoir fait entrer en poésie des thèmes nouveaux comme la ville et la rue.
Dans Les Fleurs du mal (1857), une section s’intitule déjà « Tableaux parisiens » ; puis, dans Le Spleen de Paris (1861), la thématique urbaine devient omniprésente. Le poète se promène dans la ville, fasciné par le spectacle insolite de la voie publique.

bannière astuce

Astuce

La poésie de Baudelaire, en rupture avec le mouvement romantique qui puise son inspiration dans la nature, est résolument urbaine.

Pour rester au plus proche de ses perceptions sensorielles, Baudelaire innove en évoquant la ville de façon fragmentaire grâce à un découpage d’images et de sons. Il décompose la ville pour mieux la recomposer selon sa propre expérience.
Inspiré (entre autres) par les audaces de l’écriture d’Aloysius Bertrand, Baudelaire finira par abandonner les règles canoniques de la versification, dont les contraintes limitent son inspiration. Si, dans Les Fleurs du mal, Baudelaire conserve des formes fixes comme le sonnet, il écrira Le Spleen de Paris entièrement en prose.

bannière à retenir

À retenir

Le monde moderne rentre ainsi en littérature et renouvelle le genre poétique.
Succédant à Baudelaire, des poètes comme Rimbaud, Verlaine, et Mallarmé vont multiplier les expériences pour renouveler l'inspiration et le langage poétique.

Le poète moderne : en quête de sens, en quête de langue

Au tournant du siècle, les poètes vont s’emparer de nouveaux thèmes liés à la modernité : la fascination pour les progrès techniques et la vitesse, la célébration des espaces ouverts par les nouveaux transports comme le train ou le bateau.

  • Tout ce qui a trait au quotidien et à la nouveauté va devenir digne d’être regardé et sublimé.
bannière à retenir

À retenir

Pour exprimer leurs sentiments à l’égard de cette modernité, les poètes vont refuser d’utiliser un langage figé par des codes contraignants et chercher à redonner au langage toute sa puissance créatrice.

  • Ils vont ainsi engager des révolutions formelles du genre poétique.
bannière exemple

Exemple

Blaise Cendrars Prose du Transsibérien Portrait photographique de Blaise Cendrars, Anonyme, 1916

Par exemple, dans La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France (1913), le poète Blaise Cendrars calque son écriture sur la vitesse du train qui le transporte. L’utilisation du vers libre et l'alternance de vers non-rimés suivent le rythme du train.

« Et le sifflement de la vapeur
Et le bruit éternel des roues en folie dans les ornières du ciel
Les vitres sont givrées
Pas de nature ! »

Extrait de La Prose du Transsibérien, Blaise Cendrars, 1913

Le poète moderne remplit ainsi les fonctions qui ont toujours fait l’essence de la poésie :

  • être un moyen d’exploration des ressources formelles du langage ;
  • être, via le langage, un questionnement de l’Homme sur son rapport au monde.

Une libération poétique

À présent nous allons voir comment les poètes de cette période se sont affranchis des codes traditionnels.

Le détournement des formes anciennes

Dès la seconde moitié du XIXe siècle, des poètes ont engagé des transformations formelles et mis l’accent sur la prosodie : la forme versifiée est conservée, mais elle est adaptée pour explorer toutes les ressources de la langue et de sa musicalité.

bannière definition

Définition

Prosodie :

La prosodie regroupe l’ensemble des règles de versification fixant les rapports entre les mots et leur musique pour créer des émotions. Les recherches en prosodie impliquent un travail sur la durée, la mélodie et le rythme des sons qui donnent plus de sens aux mots.

Verlaine Art poétique vers impair Portrait photographique de Paul Verlaine, Otto Wegener, 1893, impression carbone

  • Dans « Art Poétique », Paul Verlaine revendique l’usage du vers impair dont le rythme lui semble plus musical :« De la musique avant toute chose/Et pour cela préfère l’Impair ». La musique, essentielle aux yeux de Verlaine, permet au poète de transposer ses impressions à travers le rythme et les sonorités.

Rimbaud 17 ans dormeur du Val Portrait photographique d’Arthur Rimbaud, Étienne Carjat, 1872

  • Dans « Le Dormeur du Val », Arthur Rimbaud utilise la forme classique du sonnet en alexandrins mais multiplie les rejets et contre-rejets pour créer la surprise chez le lecteur et mettre en avant certains mots appartenant au registre des sensations. Par exemple, les rejets des mots « D’Argent », « Luit », « Pâle » font référence à la perception visuelle.

La libération du vers

bannière à retenir

À retenir

Au-delà du détournement de formes anciennes, les poètes de cette époque vont petit à petit s’affranchir du vers traditionnel jusqu’à expérimenter la poésie en prose.

Dans les années 1870, Arthur Rimbaud choisit souvent le vers libre ou la prose pour ses poèmes, de façon à pouvoir plus facilement laisser libre cours à son imagination.

bannière definition

Définition

Vers libre :

Le vers libre n’obéit pas à une structure régulière : ni mètre, ni rime, ni strophe. Il se caractérise par la recherche du rythme le plus adapté à la création du poète. Ce vers est caractéristique de la poésie moderne et s’oppose au vers traditionnel.

Il s’agit, pour parvenir à faire émerger une nouvelle sensibilité, d’utiliser un nouveau véhicule émotif. En substance, c’est ce que Rimbaud exprime en écrivant dans sa lettre dites « du voyant » à Paul Demeny : « Les inventions d’inconnus réclament des formes nouvelles. »
Il faut rappeler que Rimbaud est redevable de ces anciennes formes. Quand c’est Baudelaire qui les employait, il n’hésitait pas à qualifier ce dernier, dans la même lettre, de « vrai Dieu ».

bannière exemple

Exemple

  • « Marine » est un poème de Rimbaud tiré de son recueil Illuminations (1875). C’est un poème en vers libre (« Les chars d'argent et de cuivre/Les proues d'acier et d'argent/Battent l'écume ») superposant des images de la mer et de la campagne dans un mouvement vertigineux.
  • « Adieu » est un poème en prose de Rimbaud qui clôture le recueil Une Saison en enfer (1873). Il s’agit d’un texte optimiste dont les images et le rythme participent à l’évocation d’un avenir lumineux et moderne : « ll faut être absolument moderne/Et à l'aurore, armés d'une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes. ».

Poésie moderne et art contemporain

La modernité ne bouleverse pas seulement les codes de la poésie mais également ceux des autres arts conduisant par exemple à l’apparition de la peinture cubiste.

bannière à retenir

À retenir

Les différentes disciplines artistiques ne sont pas cloisonnées et s’influencent entre elles.

cubisme Juan Gris nature morte fruits et mandoline Nature morte avec fruits et mandoline, Juan Gris, 1919, huile sur toile, 92 × 65 cm, Galerie Beyeler, Bâle

bannière à retenir

À retenir

Proche des peintres cubistes qui remettaient en question une représentation trop figurative de la réalité, Apollinaire a voulu, avec son recueil Calligrammes, échapper à la linéarité du poème en représentant ce dont parle le poème par le dessin.

bannière exemple

Exemple

Caligrammes Apollinaire il pleut « Il pleut », Apollinaire, Calligrammes

Dans le poème « Il pleut » tiré de Calligrammes, le poème est écrit sous forme de pluie.

Au-delà d’une simple influence, il arrive aussi parfois que les auteurs coopèrent pour proposer une œuvre commune, un même objet artistique.
Dans le cas de La Prose du Transsibérien (écrit par Blaise Cendrars et illustré par Sonia Delaunay), on parle même de simultanéité du poème et de la peinture.

Alt texte La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, Blaise Cendrars et Sonia Delaunay, 1913

bannière astuce

Astuce

L’émotion produite par le texte est censée rencontrer l’émotivité primaire des couleurs vives.

Les deux artistes jouent avec les effets de contrastes, que ce soit sur le plan chromatique du dépliant ou sur le plan thématique du texte, pour fabriquer un effet d’enchaînement rapide et haletant qui rappelle l’allure constante d’un train.

Nous allons à présent étudier le poème « Zone » dans lequel Guillaume Apollinaire fait l’éloge de la modernité tout en renouvelant l’écriture poétique.

Apollinaire : « Zone », Alcools

L’auteur et son œuvre

Guillaume Apollinaire est né en 1880. Abandonné par son père, il grandit avec sa mère avant de venir s’installer à Paris à l’âge de 20 ans. Il se lie rapidement aux milieux artistiques, en particulier avec des peintres comme Pablo Picasso, André Derain et le Douanier-Rousseau.
Après une longue gestation de plus de 15 ans, il publie en 1913 le recueil Alcools. Sa rencontre avec Louise de Coligny-Châtillon lui inspirera ses Poèmes à Lou.

Apollinaire Première Guerre mondiale Guillaume Apollinaire après sa blessure à la tempe, anonyme, 1916

En 1914, il s’engage dans la Grande Guerre. De retour après avoir été blessé par un éclat d’obus en 1916, il poursuit son œuvre poétique.
En 1918, il publie Calligrammes, un recueil de poésie original mêlant dessin et poésie. Affaibli par sa blessure, il meurt de la grippe espagnole en novembre 1918.

bannière à retenir

À retenir

Son plus grand succès, Alcools, est rapidement remarqué pour son originalité, tant dans la forme que dans les thèmes choisis. « Zone », placé au début du recueil, est un hymne à la modernité de son temps.

Zone

À la fin tu es las de ce monde ancien

Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin

Tu en as assez de vivre dans l'antiquité grecque et romaine

Ici même les automobiles ont l'air d'être anciennes
La religion seule est restée toute neuve la religion
Est restée simple comme les hangars de Port-Aviation

Seul en Europe tu n'es pas antique ô Christianisme
L'Européen le plus moderne c'est vous Pape Pie X
Et toi que les fenêtres observent la honte te retient
D'entrer dans une église et de t'y confesser ce matin
Tu lis les prospectus les catalogues les affiches qui chantent tout haut
Voilà la poésie ce matin et pour la prose il y a les journaux
Il y a les livraisons à 25 centimes pleines d'aventure policières
Portraits des grands hommes et mille titres divers

J'ai vu ce matin une jolie rue dont j'ai oublié le nom
Neuve et propre du soleil elle était le clairon
Les directeurs les ouvriers et les belles sténo-dactylographes
Du lundi matin au samedi soir quatre fois par jour y passent
Le matin par trois fois la sirène y gémit
Une cloche rageuse y aboie vers midi
Les inscriptions des enseignes et des murailles
Les plaques les avis à la façon des perroquets criaillent
J'aime la grâce de cette rue industrielle
Située à Paris entre la rue Aumont-Thieville et l'avenue des Ternes
[…]

Extrait (début) du poème « Zone », Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

L’éloge de la modernité et du quotidien

bannière à retenir

À retenir

Le poème « Zone », véritable hymne à la modernité, exprime la fascination d’Apollinaire pour le Paris du début du XXe siècle.

bannière astuce

Astuce

En grec, zone signifie « ceinture qui se referme sur elle-même ». Dans le texte, il s’agit certainement d’une bande de terrain vague qui entourait les fortifications de Paris. Le terme peut renvoyer à la périphérie des villes, à l’urbanisme, comme à la poésie moderne qui s’aventure en zones inexplorées. Apollinaire ne s'intéresse pas aux quartiers chics du centre de Paris, mais à la nouvelle zone des quartiers industriels.

Dès le premier vers « À la fin tu es las de ce monde ancien », le poète rejette le vieux monde et fait l'éloge du changement et de la modernité.
Au deuxième vers, il rend hommage à la tour Eiffel, symbole de la révolution industrielle avec « Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin». « Le troupeau des ponts » est une métaphore désignant les arches des ponts sur la Seine, similaires à un troupeau de moutons.

bannière attention

Attention

La métaphore est filée car la tour Eiffel, dressée au milieu des ponts, est assimilée à une bergère dominant « le troupeau ». Puis elle se poursuit en fin de vers par « bêle ce matin ».

  • Cet effet de reprise obsédante fait de la Tour Eiffel un symbole ostensible de la modernité et du nouveau monde qui s’ouvre en ce début de siècle avec Paris en son centre. La tour devient un guide, une sorte de phare qui montre la voie des audaces nouvelles que doivent emprunter les artistes.

tour Eiffel Delaunay Champ de Mars : La Tour Rouge, Robert Delaunay, 1911, huile sur toile, 160,7 × 128,6 cm, Institut d’art de Chicago

bannière astuce

Astuce

À l'époque d'Apollinaire, la tour Eiffel apparaît comme le symbole de la modernité. Elle est d'ailleurs représentée dans plusieurs tableaux cubistes (Delaunay, Braque, Picasso).
Robert Delaunay réalisera des dizaines de tableaux de la tour, cherchant à tout prix à la saisir par toutes ses faces. Il arpente les rues de Paris pendant des heures, à la recherche du meilleur angle d’approche.

Ensuite, le poète fait se confronter deux mondes : le monde ancien de l’Antiquité et le monde moderne, celui des automobiles et des avions. Seule la religion fait exception car, éternelle, elle reste forcément une composante de la modernité.

  • On comprend qu’Apollinaire ne recherche pas du neuf à tout prix, ce qui compte, c’est de montrer l’universalité du monde nouveau.

petit national 1888 La Fille de Rodin, Affiche de 1888 annonçant la sortie d'un roman policier, anonyme, Gallica BnF

Puis, Apollinaire loue la poésie du monde moderne (prospectus, catalogues, affiches, publicité, journaux, romans policiers), à la fois quotidienne, abondante et facile d’accès.

  • Ainsi, il marque une rupture avec les thèmes traditionnels.

Enfin, dans la dernière strophe de l’extrait, il fait l’éloge de la vie quotidienne d’une « rue industrielle ». Il évoque avec fascination les mouvements (« Du lundi matin au samedi soir quatre fois par jour y passent ») et les bruits de cette rue en ébullition en utilisant le champ lexical du bruit (« gémit », « clairon », « cloche », « aboie », « la sirène », « criaillent ») et des allitérations permettant une harmonie imitative : allitération en [k], en [p] et [r] imitant le caquètement du perroquet (« Les plaques les avis à la façon des perroquets criaillent »).

Apollinaire, même s’il transfigure la réalité, cherche à restituer dans « Zone » son expérience réelle de la ville.
En définitive, le poème ne fait pas une apologie aveugle du progrès. Tout en convoquant des thèmes contemporains, le poète cherche à exprimer ce que la poésie à toujours permis aux poètes d’exprimer : sa propre sensibilité et l’affirmation de son expérience personnelle.

Une nouvelle esthétique poétique

« Zone » est un poème innovant où Apollinaire joue avec les codes d’une esthétique nouvelle.

  • Au vers traditionnel, le poète préfère l’utilisation du vers libre.((bulle)) Cette esthétique est caractérisée par :
  • l’irrégularité des strophes : dans l’extrait étudié, il y a trois strophes d’11 vers puis une strophe de 1111 vers et une strophe de 1010 vers ;
  • l’absence de rimes : le poète n’utilise que des rimes pauvres ou se contente parfois de simples assonances (« dactylographes/passent ») qui participent à la musicalité du texte ;
  • l’inégalité métrique : Apollinaire utilise des vers inégaux et souvent très longs (avec 2020 syllabes ; par exemple « Située à Paris entre la rue Aumont-Thieville et l'avenue des Ternes ».
  • L’énonciation est volontairement brouillée : l’alternance répétée des pronoms personnels « je » et « tu » n’est pas très clair. « Tu » peut parfois se confondre avec le « je », ou désigner le pape, ou encore la religion.
  • Le registre est familier : le style est plus relâché que le style poétique habituel. Par exemple, l’auteur emploie l’expression « il y a » plusieurs fois pour décrire le quotidien.
  • Les repères de temps sont confondus, aucune logique ne prédomine. L’auteur perd le lecteur en employant « matin » tantôt avec un présent d’énonciation (« le troupeau des ponts bêle ce matin »), tantôt avec un présent de vérité générale (« Le matin par trois fois la sirène y gémit »), tantôt au passé composé (« J’ai vu ce matin »).
bannière à retenir

À retenir

Cette libération poétique de la forme, du vers et des mots entraîne des effets de juxtaposition des images et donne une représentation fragmentaire de la réalité. Cette nouvelle écriture permet de donner une impression de simultanéité et d’enchaînement de toutes les images et tous les mouvements du monde contemporain ; impression largement renforcée par l’absence totale de la ponctuation qui constitue la plus grande originalité du poème.

Apollinaire affirme ici une nouvelle esthétique poétique basée sur la juxtaposition d’images porteuses de sens. En cela, il rejoint les courants de l’art contemporain comme le cubisme qui proposait de représenter les différentes faces d’un objet simultanément.

Conclusion :

Au XIXe puis au début du XXe siècle, les progrès liés à l’industrialisation de l’Europe vont devenir un objet de fascination pour les poètes (et plus largement pour tous les artistes) de cette période. Le monde moderne rentre en poésie.
L’écriture codifiée de la poésie traditionnelle est peu à peu considérée comme trop contraignante pour rendre compte de l’effervescence de ce nouveau monde. Dès lors, certains poètes vont n’avoir de cesse de renouveler le langage poétique pour se libérer des formes traditionnelles et témoigner plus intimement de leur expérience. Le monde moderne est ainsi à l’origine du renouveau de l’écriture poétique.