Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Marianne

Conforme au programme
officiel 2018 - 2019

La poésie romantique

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

Avant de commencer, regarde la vidéo

Introduction :

Le romantisme est un mouvement culturel, qui peut concerner tous les domaines de la création artistique et littéraire. Il a émergé à la fin du XVIIIe siècle en Angleterre, en Allemagne et en France. Pendant la première moitié du XIXe siècle, le romantisme s’est répandu dans toute l’Europe, avant de céder la place à d’autres mouvements, à partir des années 1850. Le mouvement romantique se définit par son opposition aux principes du classicisme. En effet, alors que les auteurs classiques des XVIIe et XVIIIe siècles s’appuyaient principalement sur la raison, les partisans du romantisme qui leur ont succédé attachaient davantage d’importance à la sensibilité, aux sentiments et aux émotions. Les dogmes classiques imposaient un certain nombre de règles à la création artistique. Par exemple, les règles de la bienséance s’appliquaient au choix des thèmes traités et des règles encadraient la forme des œuvres, comme la mesure, l’équilibre et la symétrie.

Le romantisme prend clairement le contre-pied de toutes ces exigences, qu’il considère comme des obstacles à la liberté de l’artiste. Les romantiques expriment cette liberté à travers l’expression de leurs sentiments personnels et de leurs passions. Par ailleurs, ils privilégient l’exaltation de l’amour, et du désespoir qu’il peut susciter.

L’art des romantiques emprunte tous les types d’expression : la musique, la peinture et, dans le domaine littéraire, les trois grands genres légués par la tradition : le théâtre, le roman et, évidemment, la poésie. Conformément au programme de seconde, nous concentrerons ce cours sur la poésie romantique. Mais il ne faut pas oublier que les innovations introduites par les écrivains romantiques dans la poésie se retrouvent également dans le théâtre et le roman. Ces innovations se déploient à travers trois principaux axes, qui définissent la poésie romantique :

  • le premier concerne la liberté nouvelle en matière de création poétique. Il s’agit d’une véritable rupture avec les principes esthétiques, auxquels obéissaient jusqu’à présent les œuvres littéraires ;
  • le deuxième axe a trait au registre majoritairement employé dans la poésie romantique : le lyrisme. Ce registre est celui de l’épanchement du moi et de l’expression exaltée des sentiments personnels ;
  • enfin, le troisième axe a tendance à être négligé à tort lorsque l’on évoque le romantisme. Il concerne le caractère engagé de certains poèmes, et l’implication politique des auteurs romantiques, qui n’hésitent pas à intervenir dans les grands problèmes sociaux de leur époque.

Nous aborderons successivement ces trois axes dans le cours.

Une liberté artistique nouvelle

bannière à retenir

À retenir

En poésie, le romantisme s’impose véritablement à partir de 1820, à la publication du recueil Méditations poétiques d’Alphonse de Lamartine.

Ce recueil, qui rencontre un immense succès auprès du public, est très vite suivi par d’autres œuvres emblématiques de la poésie romantique. Celles de Victor Hugo, d’Alfred de Vigny et d’Alfred de Musset notamment, demeurent aujourd’hui encore les grandes figures du romantisme.

bannière à retenir

À retenir

Ces poètes bouleversent tous les principes poétiques définis par deux siècles de classicisme, dans le choix des thèmes traités comme dans les formes stylistiques de leurs textes.

Du point de vue thématique, les poètes romantiques franchissent les limites fixées avant eux par les écrivains classiques.

Ces derniers considéraient que certains sujets ne devaient pas être abordés, et que le contenu des poèmes devait répondre à des règles strictes. Par exemple, quand Blaise Pascal, grand savant et philosophe du XVIIe siècle, affirme que « le moi est haïssable », il résume un principe de l’esthétique classique, selon lequel la littérature doit bannir tout ce qui relève du domaine de l’intime. Les écrivains classiques, en effet, adoptent un point de vue moraliste pour parler des êtres humains. Ils s’attachent à décrire ce qu’il y a d’universel et d’intemporel dans tout homme, et non les états d’âme et les tempéraments particuliers propres à chaque individu. Comme l’écrit La Bruyère, un autre auteur classique, le moraliste doit « peindre les hommes en général ».

  • Contre cette perspective généraliste, les poètes romantiques évoquent sans cesse des thèmes personnels en s’inspirant de leurs expériences, de leur biographie, de leur vécu et de leur intimité.
bannière à retenir

À retenir

Au lieu de parler de l’homme en général et d’une nature humaine supposée éternelle, les romantiques s’intéressent à la société de leur époque, et à la place que le poète peut y occuper. Ils parlent aussi par exemple de la mission d’éclaireur que ce dernier est susceptible d’accomplir auprès de ses contemporains.

Mais au-delà de la dimension thématique, cette quête de liberté s’applique également à la forme des œuvres littéraires, et notamment aux règles de composition des poèmes, baptisée versification par le classicisme. Les poètes romantiques les plus emblématiques comme Hugo, Vigny ou Musset, rendent ces règles de composition des poèmes plus souples, selon les sentiments et les émotions qu’ils souhaitent exprimer.

  • Ils veulent libérer la création poétique de la rigidité stricte que le vers classique impose.

Ils développent par exemple une plus grande fantaisie dans le choix des rimes, à travers le procédé de l’enjambement par exemple.

bannière definition

Définition

Enjambement :

L’enjambement consiste à rejeter la fin d’un vers au début du vers suivant. Cela donne un effet de rupture et de déséquilibre dans la signification de l’énoncé.

Cet extrait des Premières poésies de Musset en est un exemple :

« Bornez-vous à savoir qu’il avait la pucelle
D’Orléans pour aïeule en ligne maternelle. »

Enfin, les poètes romantiques transgressent dans le choix des mots. La règle classique veut que seuls des termes nobles soient employés. Victor Hugo revendique explicitement cette transgression dans un poème intitulé « Réponse à un acte d’accusation », publié en 1856 dans son recueil Les Contemplations :

« Je fis souffler un vent révolutionnaire.
Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire.
Plus de mot sénateur ! plus de mot roturier ! »

Le registre lyrique

En se libérant des limites formelles du classicisme et en échappant à ses règles contraignantes, les poètes romantiques peuvent enfin évoquer sincèrement et spontanément tous les thèmes personnels qui leur tiennent à cœur.

  • Cette importance de l’expression du moi définit le lyrisme romantique.

Celui-ci a ses thèmes privilégiés, très présents dans les œuvres poétiques des grandes figures du romantisme : l’amour, la fuite du temps et l’exaltation de la nature.

bannière à retenir

À retenir

L’amour est sans doute le thème le plus traité par les poètes romantiques.

Ces derniers s’inspirent de leurs expériences sentimentales et des histoires d’amour qu’ils ont vécues pour célébrer la puissance des passions et des désirs amoureux, mais aussi pour chanter dans des plaintes souvent douloureuses, les déceptions et les souffrances que cet amour peut susciter. Le poème de Lamartine intitulé « Le Lac », tiré des Méditations poétiques, est l’une des plus célèbres lamentations romantiques concernant la fuite du temps.

Dans ce poème, l’auteur se retourne sur son passé et se remémore le temps de son bonheur avec la femme qu’il aimait. Plein de nostalgie, il s’écrie, dans un vers devenu le symbole des regrets romantiques :

« Ô temps ! suspends ton vol. »

Lamartine exprime ici la dimension destructrice de la fuite du temps qui a obsédé les poètes romantiques. La nature est quant à elle le plus souvent un objet d’exaltation pour les romantiques. Ils voient dans les vastes paysages naturels un refuge, où leur tristesse et leur mélancolie peuvent s’épancher en toute liberté. La nature est toujours conçue comme un lieu retiré du monde, un espace de solitude dans lequel le poète se retrouve face à lui-même et se laisse aller à ses rêveries.

Ainsi, les vastes horizons marins, les panoramas montagneux, les étendues forestières sont pour le poète des sources d’apaisement, de lieux de recueillement, de confidence à soi-même et d’inspiration.

L’engagement des poètes romantiques

Nous avons vu que le romantique attache une importance particulière aux épanchements lyriques, à l’expression du moi et aux sentiments personnels. Mais cela ne signifie pas qu’il délaisse le monde qui l’entoure et la société à laquelle il appartient.

bannière à retenir

À retenir

Bien au contraire, le mouvement romantique considère que le poète occupe une certaine fonction parmi les hommes. Il est une sorte de mage ou de prophète. Son rôle est d’éclairer l’humanité et de lui transmettre les lois cachées de l’univers.

Personne n’a autant défendu et incarné cette conception du poète-mage que Victor Hugo : dans son recueil Les Rayons et les Ombres paru en 1840, il intitule l’un de ses textes : « La Fonction du poète ». Il y dépeint le poète comme un guide spirituel « qui vient préparer des jours meilleurs », et comme « l’homme des utopies » au « front éclairé ».

Mais cette implication du poète ne revêt pas toujours de telles connotations religieuses. Son engagement peut être plus directement politique. Ainsi, la littérature peut être conçue comme une arme servant à critiquer la société. C’est ce que n’hésitent pas à faire Hugo et Lamartine, par exemple, qui s’attachent dans leurs textes à dénoncer la peine de mort, et se font élire députés, à l’occasion de la proclamation de la Seconde République en 1848.

Leur engagement politique est donc direct et concret. Il se traduit évidemment dans leurs œuvres, même les plus poétiques.

  • Les Châtiments, recueil composé par Victor Hugo alors qu’il était en exil, est une critique virulente du Second Empire, de son régime autoritaire et de celui qu’il surnomme avec violence « Napoléon le petit ». La charge la plus radicale se trouve sans doute dans le poème intitulé « Souvenir de la nuit du 4 », dans lequel Victor Hugo dépeint la mort d’un enfant tué par l’armée, alors qu’il jouait dans la rue au moment où une fusillade s’est déclenchée. Pour Victor Hugo, le responsable de ce crime odieux est Napoléon III, qui est à la tête d’un régime aussi injuste que violent. C’est ce que le poète clame avec indignation dans la dernière strophe de son poème.

Conclusion :

Le romantisme est une étape importante dans l’histoire de la littérature. Ce mouvement a d’abord bouleversé le classicisme, qui régnait depuis plus de deux siècles sur le monde des Lettres. Les passions, les sentiments et l’expression du moi y trouvent alors pour la première fois une place de choix, non sans scandaliser les partisans de la tradition classique.

Même si le romantisme, à son tour devenu tradition, fait l’objet de critiques à partir de 1850 de la part de poètes nouveaux, les mouvements qui lui succèderont auront une dette à l’égard des innovations de Lamartine, Hugo, Vigny ou Musset. Baudelaire, par exemple, tout en formulant de sérieuses réserves à l’encontre du romantisme, invente une poésie moderne où se retrouvent des thèmes romantiques. D’ailleurs, le spleen décrit dans Les Fleurs du Mal n’est-il pas un autre nom donné à la mélancolie romantique ?