Médaille
N°1 pour apprendre & réviser du collège au lycée.
Histoire et évolution de la poésie

Déjà plus de

1 million

d'inscrits !

De la poésie chantée à la poésie écrite

  • La poésie médiévale (dont les formes poétiques sont la ballade, le rondeau et le lai) naît avec les troubadours.
  • Lyrique et courtoise, elle est d’abord chantée à la cour puis écrite et transmise grâce à l’invention de l’imprimerie au XVe siècle.
  • Les grands poètes médiévaux Maurice Scève et Charles d’Orléans travaillent dans leurs œuvres la question du sentiment amoureux.
  • Renaissance : période de renouveau poétique. Le sonnet apparaît à cette époque, hérité de Pétrarque. Ronsard et Du Bellay, qui font partie de La Pléiade, lui donneront ses lettres de noblesse.

La poésie du XVIIe siècle

  • Apparition du mouvement baroque, après les massacres perpétrés lors des guerres de Religion.
  • La poésie devient un questionnement sur l’existence et sur son caractère éphémère. La mort fascine (elle est le thème privilégié de poètes comme Théophile de Viau, François Villon et Jean de Sponde). L’accent est mis sur tout ce qui échappe à l’homme et qui le fuit.
  • La fuite du temps est traitée à travers les thèmes de l’eau, du temps et de l’amour.
  • Le style multiplie les images précieuses et les effets de style pour marquer l’imaginaire du lecteur.
  • Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, les arts sont contrôlés par le pouvoir royal qui en édicte des règles et des codes précis.
  • On se bat alors pour être le poète attitré du roi et de la cour, qui doit à la fois plaire et instruire. C’est l’ère du classicisme.
  • Il ne s’agit pas de copier mais de s’inspirer des œuvres antiques. La poésie doit obéir à une discipline établie, être la plus précise et la plus simple possible, et se fonder non pas sur les passions humaines comme le faisait les auteurs médiévaux et baroques, mais sur la raison et la vérité.
  • La forme poétique classique privilégiée est sans nul doute le sonnet, apprécié alors pour la rigueur qu’il impose au poète. Boileau rappelle ces préceptes dans Art poétique.

Le XIXe siècle, du poète romantique au poète maudit

  • Au lendemain de la Révolution de 1789 et à l’aube de la révolution industrielle, la poésie est le reflet des bouleversements de la société.
  • Elle est plus ambitieuse, engagée et peut faire passer un message politique.
  • De célèbres auteurs comme Victor Hugo ou Alphonse de Lamartine sont alors à la fois poètes et politiciens.
  • La poésie du XIXe siècle est également le reflet des désillusions et des désenchantements républicains liés au rétablissement de la monarchie au début du XIXe siècle.
  • Pour mieux exprimer cette nostalgie ambiante, les poètes renouent avec l’écriture lyrique traditionnelle.
  • C’est le début du mouvement romantique, avec l’utilisation de thèmes tels que la fuite du temps, l’exagération et la mise en avant de soi (Alfred de Musset, Victor Hugo, Gérard de Nerval).
  • Le mouvement du Parnasse apparaît en réaction au romantisme. Il est notamment représenté par Théophile Gautier, qui théorise la doctrine de « l’art pour l’art ».
  • La fin du siècle est marquée par le mouvement symboliste et la figure du poète maudit.
  • Des poètes comme Baudelaire, Rimbaud ou Verlaine rompent avec l’esthétique classique et romantique pour appliquer leurs propres codes.
  • Selon eux, la poésie est un langage à part entière, et aussi un moyen de déchiffrer le réel et de recréer le monde.
  • Ils adoptent le vers libre et les poèmes en prose.
  • La fin du XIXe siècle constitue une forme de révolution poétique. La poésie n’est plus codifiée, elle est avant tout le reflet d’un moi prenant des formes diverses et variées.

La poésie moderne : un art libre ?

  • Cette révolution poétique se poursuit au XXe siècle avec le mouvement surréaliste, qui entend dépasser la réalité du langage et faire parler l’inconscient, et apparaît en même temps à la découverte de la psychologie freudienne.
  • La poésie surréaliste puis dadaïste joue de l’écriture automatique, des correspondances et des collages possibles entre les arts.
  • Elle refuse toute forme de convention et de rationalité et considère que chaque poète est libre d’inventer ses propres formes et jeux d’expression poétique (Calligrammes, Apollinaire).
  • La poésie s’engage au XXe siècle dans les combats de la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale.
  • Elle véhicule en effet à l’époque des messages de paix, de liberté et d’unicité (« Liberté », Paul Éluard).
  • Les poètes du XXe siècle veulent aussi montrer que la poésie est partout, dans le quotidien le plus simple et le plus intime (Le Parti pris des choses, Francis Ponge).
  • Le XXe et le XXIe siècles tendent également à remettre en chanson et en rythme la poésie, et ce notamment à travers la forme du slam, poème déclamé le plus souvent sur fond musical.
  • La poésie se vit désormais comme expérience humaine. Démocratisée, elle n’est ni codifiée ni contrainte, sa seule règle est précisément de n’en suivre aucune et de dire ce qu’est l’homme au fond de lui-même.